Comment faire pour traiter L'érysipèle : causes, Diagnostic et Traitement
-----------------------------
Liens de Téléchargement : 01 ou 02
start download télécharger pdf
start download télécharger pdf
continuer page suivante
3eme Anée Emd 2 3eme Année Emd 1 Anapathologie Anatomie 1ère Anatomie 2ème antibiotiques Applications arabe Atlas Autres Bactériologie Biochimie Biologie médicale Biophysique Biostatistiques Cardiologie Chimie Chirurgie générale Collection Conduite à tenir Conferences Internat Cours Anatomie Cours mp3 Cours Résidanat Cours résumés Cours Vidéo Cytologie Dermatologie Embryologie Endocrino-Diabétologie Examens et Analyses Gastrologie Génétique Gériatrie Gestes Pratiques Gyneco-Obstétrique Hematologie Hippocrate Histologie Imagerie médicale immunologie Islam Livres 1ère année Livres 2ème année Livres 3ème année Livres Anatomie Livres Anatomie-AnaPath Livres Biologie Medicale Livres Cancérologie livres cardiologie Livres Dermatologie Livres Endocrinologie Livres Gastrologie livres Gériatrie Livres Gynecologie Livres Hematologie livres maladies infectieuses Livres Médecine interne Livres medicaux Livres médicaux en Anglais Livres Neurologie Livres Ophtalmologie Livres ORL Livres Paramédicale Livres Pediatrie Livres Pneumologie Livres Psychiatrie Livres Radiologie Livres Rhumatologie Livres Traumatologie Livres Urgences-Reanimation Livres Uro-Nephrologie Maladies infantiles Maladies infectieux MED 1 Médecine du travail Médecine légale Médecine Sociale medicament infectio médicaments medicaments de cardiologie medicaments dermato médicaments des urgences medicaments endocrino medicaments gastro medicaments gyneco medicaments hematologie medicaments nephro medicaments neuro medicaments ophtalmo medicaments orl medicaments pediatrie medicaments pneumo medicaments rhumato medicaments traumato medicaments uro Musculation Neurologie Ophtalmologie Ordonnance ordonnance dermato ordonnance gastro ordonnance gyneco ordonnance infectio ordonnance nephro ordonnance neuro ordonnance ophtalmo ordonnance pediatrie ordonnance rhumato ordonnance traumato ordonnance type cardiologie ordonnance type endocrinologie ordonnance type hematologie ordonnance type orl ordonnance type pneumologie ordonnance type urgence ordonnance urologie ORL Orthpédie-Tramatologie Parasitologie Pathology Pédiatrie Pharmacologie Physiologie Physique Pneumologie Psychiatrie QCM 1ère Année QCM 2ème Année QCM 3ème Année QCM 4ème Année QCM 5ème Année QCM 6ème Année Questions Réponses Radiologie Rhumatologie santé Secourisme Sémiologie super résumés Thérapeutique médicale Topos Anatomie Topos Biochimie Topos Cardiologie Topos Confplus Topos Cytologie Topos Dermatologie Topos Endocrinologie Topos Gastrologie Topos Gynécologie Topos Hématologie Topos Histologie Topos Infectiologie Topos Néphrologie Topos Neurologie Topos Ophtalmologie Topos Pneumologie Topos Psychiatrie Topos Rhumatologie Topos Urgences Réanimation Topos Urologie TTX Urolo-Nephrologie Videotheque

16:55
Cours Résumés de la 6ème année médecine


 Module : Dermatologie


erysipèle traitement, érysipèle symptomes, comment soigner un érysipèle, plaques rouges sur les jambes, fasciite necrosante, plaques rouges jambes, erysipèle bras, erysipèle sans fievre
1- Cours plus détaillée :

Dermo-épidermiteQ aiguëQ non nécrosante d’origine bactérienne due le + svt à strepto β-hémolytique du grp AQ

        EPIDEMIOLOGIE-ETIOLOGIE

  10-100 cas / 100 000 hab / an, le + svt chez adulte > 40 ansQ, âge moyen de survenue = 60 ans
  Recrudescence saisonnière (été, automne) inconstante, favorisé par obésité (± OH et diabète ??? incertain)
  85 % mb inf (rôle favorisant de ins. veineuse / lymphatiqueQ, lymphoedème, porte d’entrée : intertrigo interorteil, ulcère de jambe) (rareté de atteinte du visage <= ttt ATB systématique des infections ORL)
  Dû à Strepto (β-hémolytique du grp AQ, + rarement B, C ou G) mais difficile à confimer biologiquement                 
 Complications locales st svt dues à surinfection à staph aureus
        DIAGNOSTIC POSITIF 

 Signes cliniques
  Tableau de « grosse jambe rouge aiguë fébrile »Q unilatérale : début brutalQfièvre élevéeQ (39-40°) + frissons précédant de qq h l’apparition d’un placard cutané inflammatoireQ (plaque érythémateuse, oedémateuse, ciconscriteQ et douloureuse à la palpation), bourrelet périph marqué est rarementQ retrouvé
  Parfois décollt bulleux superficiels (csq mécanique de l’œdème dermique)
  ± Purpura, ADP infl régionales fréq (50 %), trainée de lymphangite (1/4)
  Porte d’entréeQ décelables cliniquement dans 50-70 % des cas : intertrigo interdigito-plantaire, piqûre, traumatisme sans effraction cutanée, ulcère de jambe
  Si AEG, rechercher septicémie / complications

 Examens complémentaires (Inutiles si tableau typique + absence de comorbidité)
  Hyperleucocytose > 10 000/mm3 avec polynucléose neutrophile > 7 000 mm3 
Sd infl bio important (VS > 80 mm à la 1ère heure, CRP > 100 mg/L) max 7 j après le début de l’infect°
  Sérologies strepto (ASLO, ASD) et prélèvements bactério (cutanés, HAA) : confirmation rétrospective et inconstanteQ de la nature streptococcique de l’érysipèle, ttt avant de recevoir les résultats
  Recherche d'une thrombose veineuse associée systématique => echodoppler 

            FORMES CLINIQUES

 Symptomatique

  Placard peut prendre aspect ecchymotique
  Apparition de secondaire de pustules ou de pttes zones de nécrose superficielle rare (survient surtout sur
                                                             terrain débilité ou prise d’AINS)

 Topographique

  Visage : 5-10 % des cas, placard inflammatoire généralement unilat et très oedémateux, bourrelet périph marqué par contre . Il peut se bilatéraliser en aile de papillon et s’étendre au front et aux paupières
  + rarement : mb sup, abdo, région fessière

 Evolutive

  Formes subaiguës : fièvre et hyperleucocytose modérées voire absentes
  Dc : caractères cliniques du placard inflammatoire cutané et régression sous ATB par péni ou macrolides
 DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL 

 Chez l’adulte 
  Mb infs : Dermo-hypodermite nécrosante, Dermo-hypodermite bactérienne aiguë  à autres germes spécifiques,  Thromboses veineuses profondes et superficielles, Dermatite de stase, Syndrome des loges
  Visage : Eczéma aigu, Staphylococcie maligne de la face, Dermo-hypodermites sur cicatrice d’intervention, Fasciite nécrosante

 Chez l’enfant

                        Cellulite à Haemophilus influenzae fréquemment localisée au visage et associée à une bactériémie (HAA
                                                            permettent le diagnostic)

        EVOLUTION

  Favorable en 8-10 jours sous ttt ATB, apyrexie en 72 h, amélioration des signes locaux en 1 semaine, parfois phase de desquamation superficielle
  Complications locales ds 5-10 % des cas (surtout si maladies associées, immunodépression) : abcès localisés superficiels, + rarement profonds, ttt = drainage chirugical
  Complications systémiques très raresQ : septicémie à strepto, GNA post strepto, voire érythème noueux
  Récidive est la complication la + fréquenteQ (20 %) : survient sur terrain d’ins. veineuse ou lymphatique
                                                            chronique + porte d’entrée chronique (dermatose, ulcère de jambe)
        TRAITEMENT

  Hospit indispensable si ttt parentéral ou surveillance rapprochée nécessaire (doute diagnostique, signes généraux très marqués, complications locales, comorbidité, contexte social…)

  Antibiothérapie

 A visée anti-strepto : β-lactamines en 1ère intention : Péni GQ injectable (ttt de ref : ttt d’attaque 10 ~ 20 millions d’unité par jour en 4 ~ 6 perfusions jusqu’à apyrexie pui relai per os par Péni V 3-6 millions d’unités par jour en
3 prises jusqu’à disparition des signes locaux = 10 ~ 20 j) ou amoxicilline 3-4,5 g/j per os 10 ~ 20 jours          
Macrolides et pristinamycine (2 ~ 3 g/j en 3 prises) en 2ème intention (intolérance à Péni…)

 Traitement adjuvant

  Repos strict au lit + jambe surélevée jusqu’à régress° des signes infl. locaux, Antiseptiques locaux inutiles 
 Ttt de la porte d’entrée, Vérification VAT
  Antalgiques (paracétamol), AINS contre-indiqués
  Ttt anticoagulant curatif si TVP prouvée, préventif par HBPM en cas d'alitement prolongé sur mauvais terrain veineux (ATCD de maladie thrombo-embolique)
  Si phlyctènes : débridement chirugical des zones abcédées

 Erysipèles récidivants

  Prévention primaire : traitt de la porte d’entrée, amélioration des troubles circulatoires (bandes de contention, drainage lymphatique manuel), hygiène cutanée soigneuse
  Si récidives multiples ou facteurs favorisants difficilement contrôlables : ATB préventiveQ (Extencilline 2,4 millions d’unités IM ttes les 2 ~ 3 semaines ou péni V 2 ~ 4 millions d’unités/jour en 2 prises per os, macrolide per os si allergie aux β-lactamines  

2- Cours Résumé :

Erysipèle : 

grosse jambe fébrile unilatérale
dermo-épidermite aigue non nécrosante due au SBHA
FDR : porte d’entrée, troubles circulatoires( insuffisance veineuse / lymphatique) , âge avancé, surcharge pondérale, diabète
fièvre + frissons + placard inflammatoire érythémateux, œdémateux, douloureux à bords bien limités
la surface peut se recouvrir de vésico-bulles
signes de gravité (hospitalisation) : fièvre + confusion, ↘TA, FC↗, bulles hémorragiques, nécrose, hypoesthésie, diabète, CSE défavorables 
l’épithélium secrète un ATB naturel : B défensine

Traitement : 

repos + rechercher et TRT de la porte d’entrée
pénicilline semi retard = péni G (Biclinocilline) 2MU/j pendant 15j en IM
Amoxycilline 3g/j en 3prises per os pendant 20j
prophylaxie extencilline pdt 6mois + anticoagulants, bas de contention
contre indication AINS => risque de facilite nécrosante
risque de récidive + évolution vers l’éléphantiasis 
vérification du vaccin antitétanique

erysipèle traitement, érysipèle symptomes, comment soigner un érysipèle, plaques rouges sur les jambes, fasciite necrosante, plaques rouges jambes, erysipèle bras, erysipèle sans fievre, erysipèle traitement naturel

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *