√ Télécharger +500 PolyQCM de Neurologie Corrigés avec QROC Cas Cliniques et Diagest - SofioTheQue
FmD4FRX3FmXvDZXvGZT3FRFgNBP1w326w3z1NBMhNV5=
items

Télécharger +500 PolyQCM de Neurologie Corrigés avec QROC Cas Cliniques et Diagest

Description :

qcm medecine, concours résidanat ecn test, qcm neurologie pdf gratuit corrigés, 200 qcm neurologie, hyper qcm, qcm neurochirurgie, quizz neurologie


 Evaluation Pratique par QCM / QROC / Cas Cliniques


Télécharger +500 QCM de Neurologie avec La Correction QROC Cas Cliniques Diagest

Vous êtes sur le point d’accéder => QCM en Neurologie, des questions isolées avec corrections. 

Afin d'obtenir rapidement ce que vous voulez, vous pouvez cliquer directement sur le sujet souhaité 


=> 86 QCM généralisées avec commentaires => à partir de la 01 ère page
=> 06 QCM sur la Compression médullaire => Sur la 07 ème page
=> 41 QCM sur la Sclérose en plaque => à partir de la 08 ème page
=> 25 QCM sur les accidents vasculaires cérébraux => Sur la 10 ème page
=> 21 QCM sur l'Hémorragie méningée => Sur la 11 ème page
=> 18 QCM sur la Migraine => Sur la 12 ème page
=> 20 QCM sur la Myasthénie => Sur la 13 ème page
=> 15 QCM sur la Syndrome d’hypertension intracrânienne => Sur la 14 ème page
=> 17 QCM sur la Traumatisme crânien => Sur la 15 ème page
=> Les Cas cliniques => Sur la 16 ème page
=> Les QROC => Sur la 16 ème page
=> DIAGEST Neuro => Sur la 16 ème page
=> Téléchargement disponible 
=> Sur la 16 ème page


=> 86 PolyQCM de Neurologie : Généralisées

=>  Réponses correctes avec Commentaires

01-Une méningite à liquide clair peut être causée par une infection à :

A: Pneumocoque

B: Listeria

C: Brucella

D: Méningocoque

E: B.K.

 

Corrigé : ABCDE

A, D: en cas de méningite gravissime, réaction à liquide clair par sidération des polynucléaires neutrophiles (précédent le décès du patient).

 

02-L'hypertension intracrânienne dite "bénigne" :

A: Est en rapport avec une tumeur cérébrale bénigne

B: Est caractérisée par un scanner toujours normal

C: S'accompagne d'un oedème au fond d'oeil

D: Peut être d'origine médicamenteuse

E: Ne contre-indique pas la ponction lombaire

 

Corrigé : CDE

 

B: HTIC à petits ventricules.

C: risque de cécité par atrophie optique de stase.

D: ex: tétracyclines; E: l'évacuation par ponction lombaire fait partie du traitement.

 

03-Les absences "petit mal":

A: S'observent surtout chez l'adulte

B: Sont améliorées par la CARBAMAZEPINE (TEGRETOL*)

C: Comportent à l'électroencéphalogramme des pointes ondes à 3 cycles par secondes

D: Sont traitées efficacement par l'acide VALPROIQUE (DEPAKINE*)

E: S'accompagent de sensations psychiques de "déjà vu" ou de "déjà vécu"

 

Corrigé : CD

A: surtout chez l'enfant.

B, D: acide valproique ou ethosuximide (Zarontin*) sont les médicaments les plus actifs.

E: dans les épilepsies partielles touchant les aires associatives.

 

04-Un enfant de 3 ans, sans antécédent et bien portant le matin même, est amené dans l'après-midi aux Urgences de l'hôpital dans un coma de stade II, sans signe de localisation, mais avec une hypothermie à 35°5. Quel(s) diagnostic(s) évoquer en premier?

A: Traumatisme crânien méconnu

B: Coma hyperglycémique

C: Méningite

D: Intoxication médicamenteuse

E: Ingestion alcool

 

Corrigé : DE

D, E: premières causes d'hypothermie chez l'enfant.

 

05-Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) compatible(s) avec le diagnostic d'hémorragie méningée sous-arachnoïdienne pure par rupture d'anévrysme ?

A: Céphalée aiguë + hémiplégie initiale

B: Céphalée brutale isolée

C: Céphalées aiguë + ptosis et mydriase unilatéraux

D: Céphalée brutale + syndrome méningé + fièvre d'installation secondaire

E: Céphalée brutale + troubles de conscience progressifs

 

Corrigé : BCDE

A: évoque un hématome intra-cérébral associé à une hémorragie cérébro-méningée.

C: évoque un anévrisme de la communicante antérieure, avec atteinte du III.

 

06-Devant un traumatisme crânien chez l’enfant, quel(s) signe(s) doit (doivent) conduire à pratiquer un scanner en urgence ?

 

A. Vomissements répétés

B. Signes focaux déficitaires

C. Convulsions

D. Troubles de la conscience

E.  Otorragie

 

Corrigé : A B C D E

 

07-L’engagement temporal droit compliquant une hypertension intra-crânienne se traduit par :

A. Des troubles de la conscience

B. Une mydriase droite

C. Une décérébration

D. Des crises comitiales généralisées

E.  Des troubles du rythme respiratoire

 

Corrigé : A B C

A et C : atteinte du tronc cérébral dans son étage mésencéphalique.

B : signe le plus précoce, atteinte des fibres intrinsèques du III homolatéral à l’engagement.

E : plutôt évocateur d’atteinte bulbaire par engagement des amygdales  cérébelleuses.

 

08-La méningite tuberculeuse de l’enfant :

A. Est une méningite granulomateuse

B. Est toujours la conséquence d’une dissémination hématogène

C. Prédomine à la convexité du cerveau

D. Peut être révélée par un syndrome de Schwartz-Bartter

E.  Est une méningite lymphocytaire, hyperprotéinorachique et hyperglycorachique

 

Corrigé : A B D

B : contamination par voie respiratoire puis diffusion hématogène.

C : prédomine à la base du cerveau.

E : hypoglycorachie.

 

09-Une sténose athéromateuse de la carotide interne près de son origine :

A. Peut être asymptomatique

B. Peut se compliquer d’une thrombose carotidienne

C. Peut entraîner des accidents ischémiques transitoires par embols plaquettaires d’aval

D. Peut, dans certaines conditions, être l’objet d’un traitement chirurgical

E.  Peut être visualisée par l’angiographie numérisée

 

Corrigé : A B C D E

 

10-Retenez parmi les propositions ci-dessous celle(s) qui est (sont) conforme(s) au cadre de l’épilepsie généralisée primaire :

 

A. Normalité de la TDM encéphalique

B. Antécédents familiaux d’épilepsie

C. Crises consistant en absences petit mal typiques

D. Foyer de pointes-ondes temporal unilatéral à l’E.E.G.

E.  Notion d’une souffrance néonatale

 

Corrigé : A B C

D est en faveur d’une épilepsie partielle temporale.

E évoque une épilepsie secondaire par anoxie cérébrale.

 

11-Les résultats de l'examen direct bactériologique du liquide céphalo-rachidien, eau de riz, prélevé chez un enfant de 2 ans, sans antécédent particulier, sont négatifs. Quel est votre premier choix thérapeutique ?

 

A. Pénicilline G

B. Amoxicilline

C. Chloramphénicol

D. Cefotaxine

E.  Gentamycine

 

Bonne(s) réoponse(s) : D

 

Céfotaxime ; conférence de consencus 1996 : C3G en 1ère intention dans les méningites purulentes chez l’enfant de moins de 2 ans.

 

12-Une crise épileptique olfactive :

A. Est générée par une atteinte de l'uncus

B. Impose la réalisation d'une imagerie neuroradiologique

C. Doit être considérée a priori comme d'origine tumorale

D. Ne nécessite pas d'imagerie neuroradiologique si l'EEG est normal

E.  Alterne souvent avec des crises bravais-jacksoniennes motrices

 

Bonne(s) réponse(s) : A B

A : crise unciné ou hippocampique (partie interne du lobe temporal).

B : IRM de préférence.

D : non, l’ECG peut être normal.

E : une altération de la conscience et autres manifestations épileptiques peuvent l’accompagner.

 

13-Les radiographies de crâne chez un enfant atteint d'hypertension intracrânienne peuvent montrer :

A. Une accentuation des empreintes osseuses cérébrales

B. Une disjonction des sutures

C. Un élargissement de la selle turcique

D. Une hyperostose frontale interne

E.  Un amincissement du dorsum sellae

 

Bonne(s) réponse(s) : A C E

 

A C E sont les trois signes classiques et non spécifiques d’HTIC sur la radio du crane.

B : vrai chez le nourrisson.

 

14-En faveur de l'origine listérienne d'une méningite chez l’adulte, vous retenez :

A. Liquide céphalorachidien clair

B. Formule panachée des éléments blancs

C. Atteinte des nerfs crâniens bulboprotubérantiels volontiers unilatérale

D. Hypoglycorachie toujours présente

E.  Isolement constant du germe par culture du sang

 

Bonne(s) réponse(s) : A B

 

A : peut également être purulent.

B : 25 % des cas.

C : atteinte souvent dffuse.

D : 50 % seulement.

E : hémocultures fréquemment positives mais pas constamment.

 

15-En faveur d'un ramollissement sylvien superficiel gauche chez un droitier on retient :

 

A. La topographie brachio-faciale du déficit droit

B. L'association du déficit à des troubles de la sensibilité de l'hémicorps droit

C. Une hémiasomatognosie

D. Une hémianopsie latérale homonyme gauche

E.  Un signe de Babinski droit

 

Bonne(s) réponse(s) : A B E

 

C : se voit en cas d’atteinte de l’hémisphère mineur (droit)

D : HLH controlatérale.

 

>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 02 ) 

####SIKI####


16-Parmi les propositions suivantes sur le méningocoque, lesquelles sont exactes ?

A. Ce sont des diplocoques à Gram+

B. Très sensibles à la température

C. Parfois présents dans l'oropharynx d'un sujet sain

D. Pathogènes uniquement pour l'espèce humaine

E.  Sensibles à la pénicilline G

 

Bonne(s) réponse(s) : B C D E

 

17-Noter la ou les mention(s) exacte(s). Les médicaments suivants peuvent être utilisés comme antiépileptiques :

A. -Chlorpromazine (Largactil®)

B. Diazépam (Valium®)

C. Lithium (Téralithe®)

D. Carbamazépine (Tégrétol®)

E.  Ethosuximide (Zarontin®)

 

Bonne(s) réponse(s) : B D E

 

A : c’est un neuroleptique.

E : dans les épilepsies petit mal.

 

18-Un hématome extradural apparaît en tomodensitométrie:

 

A. Sous la forme d'hyperdensité

B. Sous la forme d'hypodensité

C. Sous la forme d'une image falciforme

D. Sous la forme d'une lentille biconvexe

E.  Le plus souvent associé à un trait de fracture

 

Bonne(s) réponse(s) : A D E

 

19-En l'absence de traitement, un malade présentant une hémorragie méningée d'origine anévrismale est exposé au(x) risque(s) de :

 

A. Méningite

B. Récidive hémorragique

C. Ischémie dans le territoire de l'artère porteuse

D. Hydrocéphalie

E.  Paralysie du VII

 

Bonne(s) réponse(s) : B C D

 

B : 20 % des cas.

C : par vasospasme artériel.

 

20-Le seul traitement logique d'une hypertension intra-crânienne par tumeur frontale droite en cas d'apparition de troubles de la conscience est, en urgence, avant l'abord chirurgical de la lésion :

 

A. L'emploi de diurétiques type furosémide (Lasilix)

B. La mise en position tête basse du malade

C. L'emploi de corticoïdes

D. L'hypotension artérielle systémique

E.  La ponction-drainage de LCR au niveau d'une corne frontale

 

Corrigé : C

 

21-Un enfant de 13 ans, traité depuis l'âge de 11 ans par Depakine® per os pour une épilepsie essentielle, fait une nouvelle crise convulsive. Quel est l'examen complémentaire à faire en urgence ?

 

A. Electro-encéphalogramme

B. Tomodensitométrie cérébrale

C. Dosage de la dépakinémie

D. Dosage de la glycémie

E.  Fond d'oeil

 

Corrigé : D

 

L'hypoglycémie est une situation épileptogène, à éliminer en urgence devant une nouvelle crise convulsive.

 

22-Au lendemain d'une perte de connaissance survenue sans témoins, un examen complémentaire peut apporter la certitude que le patient a convulsé (I'ECG est normal). Lequel ?

 

A. Electroencéphalogramme

B. Electromyogramme

C. Hyperkaliémie

D. Elévation de la C.P.K.

E.  Alcoolémie


Corrigé : A

En montrant des signes de la série comitiale.

 

23-Les convulsions hyperthermiques du nourrisson :

 

A. Surviennent lors d'un changement rapide de la température centrale

B. Une infection ORL est le plus souvent responsable de l'hyperthermie

C. Peuvent récidiver

D. L'évolution vers l'épilepsie est la règle

E.  Le Diazepam (Valium®) intra-rectal est le traitement de choix si elles se prolongent

 

Corrigé : A B C E

 

24-Devant un traumatisme crânien, quelles situations justifient un scanner encéphalique en urgence ?

A. Coma avec signe de focalisation

B. Coma sans signe de focalisation

C. Perte de connaissance initiale

D. Sensations vertigineuses

E.  Amnésie des faits

 

Corrigé : A B C

 

25-Un liquide céphalorachidien clair, comportant 300 éléments (90% lymphocytaires), une protéinorachie à 0,8 g/l et une glycorachie à 0,6 g/l est évocateur avant tout de :

 

A. La normalité

B. Une méningite virale

C. Une méningite tuberculeuse

D. Une méningite à méningocoque

E.  Une maladie à prions

 

Corrigé : B

A condition que la glycémie soit à 1 g/l.

 

26-A l'occasion d'un accident hémorragique sévère au cours d'un surdosage thérapeutique par l'héparine, indiquez la mesure qui vous paraît la plus appropriée :

 

A. Demander en urgence un taux de prothrombine

B. Injecter en urgence du PPSB à la dose de 20 U/kg

C. Injecter du sulfate de protamine par voie intraveineuse à la même dose en unités que celle de la dernière injection d'héparine

D. Injecter 20 mg de vitamine K par voie intraveineuse

E.  Transfuser du plasma frais congelé pour neutraliser l'héparine circulante


Corrigé : C

La protamine neutralise l'héparine (1 mg pour 100 UI d'héparine).

 

27-Un malade affecté d'une sténose carotidienne gauche peut présenter du fait de celle-ci :

 

A. Une amaurose transitoire de l'œil gauche

B. Une aphasie transitoire

C. Une diplopie transitoire

D. Une hémiparésie transitoire droite

E.  Une hémianesthésie transitoire

 

Corrigé : A B D E

A et D : syndrome optico-pyramidal.

Aphasie transitoire par atteinte de l’hémisphère dominant (G).

 

28-Un lycéen présente une méningite à méningocoques de sérogroupe B. Quelle(s) mesure(s) prophylactique(s) prenez-vous ?

A. Prescrire un vaccin antiméningococcique à tous les élèves de la classe

B. Prescrire une chimioprophylaxie avec une ampicilline (2 g/jour) aux sujets contacts proches

C. Prélèvement rhinopharyngé chez tous les élèves de la classe pour rechercher le méningocoque

D. Déclarer la maladie

E.  Prescrire une chimioprophylaxie par rifampicine pendant 2 jours aux sujets contacts proches

 

Corrigé : D E

Classique.

 

29-Quels sont, parmi les suivants, les signes ophtalmologiques relatifs à une hypertension intracrânienne ?

A. Paralysie du VI

B. Glaucome

C. Oedème papillaire

D. Episodes d'amblyopie

E.  Nystagmus


Corrigé : A C

 

30-Parmi les effets indésirables suivants, quel(s) est(sont) celui(ceux) que l'on peut observer au cours d'un traitement par la phénytoïne (Dihydan®) ?

A. Syndrome cérébelleux

B. Nystagmus

C. Hyperplasie gingivale

D. Anémie macrocytaire

E.  Acroparesthésie

 

Corrigé : A B C D

 

>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 03 ) 

####SIKI####


31-Les 3 germes les plus fréquemment responsables d'une méningite purulente néonatale sont :

A. Escherichia coli

B. Hemophilus influenzae

C. Listeria monocytogenes

D. Méningocoques B

E.  Streptocoques B


Corrigé : A C E

 

32-L'anévrisme artériel intracrânien :

A. Siège plus volontiers à la périphérie des territoires artériels

B. Est parfois vu sur la radiographie simple du fait de sa calcification

C. Peut être multiple

D. Est une malformation congénitale héréditaire

E.  Est le plus fréquent dans le territoire carotidien que vertébro-basilaire

 

Corrigé : B C E

A : faux, c’est plutôt proximal à la base du crâne, près du polygone de Willis, les anévrismes mycotiques sont plutôt distaux.

D : cela peut être héréditaire, mais ce n’est pas constant.

E : 90 % dans le territoire carotidien

 

33-Un infarctus cérébral peut être la conséquence de :

A. Une phlébite cérébrale

B. Une obstruction carotidienne extracrânienne

C. Une embolie

D. Un spasme après rupture d'anévrysme

E.  Un abcès cérébral

 

Corrigé : A B C D

C : l’embolie peut être d’origine cardiaque ou artérielle (crosse de l’aorte, carotide).

 

23-Parmi les antibiotiques suivants, lequel (lesquels) ne franchi(ssen)t pas ou très mal la barrière hémoméningée?

A. Cefotaxime

B. Spiramycine

C. Chloramphénicol

D. Colimycine

E.  Gentamicine


Corrigé : B D E

 

34-Quel est, dans la liste suivante, le virus (ou la catégorie de virus) le plus souvent à l'origine de méningites lymphocytaires de l'enfant ?

A. Echovirus

B. Herpès

C. Adénovirus

D. Virus de la grippe

E.  Virus de la rougeole


Corrigé : A

 

35-Lorsqu'un scanner montre un hématome intracérébral, quand faut-il poursuivre le bilan par une artériographie?

A. Hématome dû aux anticoagulants

B. Hématome de la capsule interne

C. Sujet jeune

D. Hématome de la vallée sylvienne

E.  Hématome interhémisphérique frontal

 

Corrigé : C D E

B : évocateur d’HTA

C : surtout non hypertendu

D : évoque un anévrysme artériel de l’artère cérébrale moyenne ou de l’artère communiquante antérieure (E).

 

36-Parmi les crises d'épilepsie suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) dont la survenue conduirai(en)t à remettre en cause un diagnostic d'épilepsie généralisée idiopathique (primaire) ?

A. Myoclonies massives du réveil

B. Crises Bravais-Jacksoniennes

C. Crises grand-mal

D. Absences petit-mal

E.  Crises partielles complexes

 

Corrigé : B E

B : crise partielle somato-motrice

A, C et D : sont des crises généralisées primaires

 

37-En présence d’une perte de connaissance, le meilleur signe d’épilepsie est :

A. Début brutal

B. Perte d’urine

C. Polyurie post-critique

D. Amnésie de la crise

E.  Morsure de la langue

 

Corrigé : E

En particulier quand elle est latérale.

L’amnésie de la crise est classique.

 

38-L’examen cytobactériologique d’un LCR prélevé chez un adulte jeune montre : 1800 éléments par mm3 avec 90 % de polynucléaires, 10 % de lymphocytes et présence de rares diplocoques à Gram négatif. Le germe le plus probablement en cause est :

A. Streptococcus pneumoniae

B. Haemophilus influenzae

C. Neisseria meningitidis

D. Escherichia coli

E.  Listeria monocytogènes


Corrigé : C

 

39-Le traitement actuel le plus logique, en première intention dans l'épilepsie petit mal avec absences typiques de l'enfant est :

A. La DEPAKINE® (valproate de sodium)

B. Le ZARONTIN® (éthosuximide)

C. Le TEGRETOL® (carbamazépine)

D. Le RIVOTRIL® (clonazepam)

E.  Le GARDENAL® (phénobarbital)


Corrigé : A

Mieux supporté que B (Zaroutier)

 

40-Une dissociation albumino-cytologique du liquide céphalorachidien peut s'observer dans :

 

A. Polyradiculonévrite

B. Neuropathie diabétique

C. Compression médullaire

D. Maladie d'Alzheimer

E.  Maladie de Parkinson


Corrigé : A B C

Augmentation de la protéinorachie sans réaction cellulaire

 

41-La prophylaxie dans l'entourage d'un enfant de deux ans élevé à domicile et porteur d'une méningite à méningocoque du groupe B :

A. S'applique aux frères et sœurs

B. S'applique aux deux parents

C. S'applique aux écoles où sont scolarisés les frères et sœurs

D. Repose sur l'administration de Pénicilline orale

E.  Repose sur la vaccination


Corrigé : A B

 "On doit faire la prophylaxie des frères et sœurs, parents vivant au domicile ;" camarades proches. La prophylaxie d’une école entière et la désinfection des locaux est inutile.

 

42-Les facteurs de risque d’une hémorragie cérébrale sont :

A. Un antécédent d’hémorragie cérébrale

B. La contraception orale

C. L’hypertension artérielle

D. La présence d’une malformation vasculaire cérébrale

E.  Augmentation du taux de l’HDL cholestérol


Corrigé : A C D

 C : principal facteur de risque d’AVC hémorragique. Les autres sont les coagulopathies, l’éthylisme, les MAV, l’hypocholestérolémie…

 

43-Les éléments suivants sont en faveur d’une méningite bactérienne :

A. Trouble de conscience

B. Syndrome méningé franc

C. Globules blancs < 500 maga/L

D. Protéinorachie > 1 g/L

E.  Rapport glycorachie/glycémie < 0,5


Corrigé : B D E

 

44-Concernant la méningo-encéphalite herpétique :

A. Sa découverte doit faire systématiquement rechercher une immunodépression sous-jacente (SIDA)

B. Des crises comitiales en émaillent fréquemment l’évolution

C. Son traitement fait appel à l’acyclovir par voie injectable

D. Elle est provoquée par une immuno-infection à Herpès virus simplex de type 2

E.  La récupération sans séquelle est la règle


Corrigé : B C

 

45-Parmi les causes suivantes de méningites lymphocytaires aiguës, indiquez les deux étiologies les plus fréquemment rencontrées dans les pays tempérés dans l’état actuel des connaissances :

A. Herpèsvirus (virus herpès simplex, virus varicelle-zona)

B. Arbovirus (dengue, encéphalite à tiques)

C. Arénavirus (chorioméningite lymphocytaire, Lassa)

D. Paramysovirus (virus des oreillons, virus de la rougeole)

E.  Entérovirus (coxsackievirus, echovirus)


Corrigé : D E

 

>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 04 ) 

####SIKI####


46-Parmi les antiépileptiques suivants, quels sont ceux qui sont actifs sur l’épilepsie petit mal ?

A. Valproate de sodium (DEPAKINE®)

B. Ethosuximide (ZARONTIN®)

C. Hydantoïnes (DIHYDAN®)

D. Carbamazépine (TEGRETOL®)

E.  Diones (EPIDIONE®)


Corrigé : A B

 

47-L’hématome extradural :

A. Est une complication tardive d’un traumatisme crânien

B. Survient habituellement après un intervalle libre

C. Peut s’accompagner de signes d’engagement temporal

D. Est la cause la plus fréquente d’engagement central

E.  Se traduit par une hyperdensité biconcave au scanner


Corrigé : B C

A : précoce

E : biconvexe

 

48-Concernant l’hématome sous dural chronique, quelle est la proposition fausse ?

A. Est plus fréquent après 75 ans

B. Peut se manifester par un tableau de démence rapidement évolutif

C. Nécessite un scanner cérébral

D. Peut être évacué quel que soit l'âge du patient

E.  Relève d'un traitement corticoïde et d'une réhydratation


Corrigé : E

E : seule réponse fausse

 

49-Un coma fébrile chez un patient revenu d'Afrique depuis 10 jours doit faire évoquer obligatoirement :

A. Une méningite purulente

B. Une amibiase disséminée

C. Une bilharziose

D. Un paludisme

E.  Une leishmaniose viscérale

 

Bonne(s) réponse(s) : A B D

B : due aux amibes libres (méningo-encéphalites).

E : Incubation de 2 à 6 mois.

 

50-Lors d'un coma, l'existence de sueurs profuses et d'un réflexe cutané plantaire en extension des 2 côtés doit faire évoquer un des diagnostics suivants :

 

  1. Un coma acidocétosique

  2. Un coma éthylique

  3. Un coma endocrinien

  4. Un coma hypoglycémique

  5. Un coma barbiturique

Haut du formulaire

 

Corrigé : 4;

Il faut toujours réaliser une glycémie capillaire devant des troubles de conscience.

 

51-Chez un sujet droitier, on peut évoquer une ischémie du territoire de l'artère cérébrale antérieure gauche devant :

A. Aphasie de Wernicke

B. Réflexe de préhension de la main gauche

C. Hémianopsie latérale homonyme droite

D. Hémiplégie droite à prédominance crurale

E.  Hémiplégie droite à prédominance brachio-faciale


Corrigé : D

 

52-A propos des antiépileptiques :

A. La phénytoïne (Dihydan) peut induire son propre catabolisme

B. Le carbamazépine (Tégrétol) est contre-indiqué en cas de bloc auriculo-ventriculaire

C. Le valproate de sodium (Dépakine) est actif sur toutes les formes d’épilepsie

D. Le phénobarbital (Gardénal) peut causer une ostéomalacie

E.  L’éthosuximide (Zarontin) est utilisé en première intention dans le traitement du petit mal


Corrigé : A B C D

 

53-Les voies de suppléance d’une obstruction carotidienne sont les artères :

A. Méningée moyenne

B. Communicante postérieure

C. Anastomose cortico-corticale

D. Cérébelleuse supérieure

E.  Ophtalmique


Corrigé : B C E

 

54-Parmi les manifestations neurologiques suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) fréquemment observée(s) à la phase initiale d’une méningite aiguë suppurée chez un nourrisson ?

A. Réflexes ostéotendineux vifs

B. Babinski uni ou bilatéral

C. Troubles de conscience

D. Paralysie du VI

E.  Convulsions


Corrigé : A C E


55-Un lycéen présente une méningite à méningocoque de sérogroupe B. Quelle(s) mesure(s) prendre ?

A. Déclarer la maladie

B. Prescrire une chimioprophylaxie par rifampicine pendant 2 jours

C. Prescrire un vaccin antiméningococcique à tous les élèves de la classe

D. Prescrire une chimioprophylaxie avec une ampicilline 2g/jour aux sujets contacts proches

E.  Prélèvement rhinopharyngé chez tous les élèves de la classe pour rechercher le méningocoque


Corrigé : A B

 

56-En faveur d’un ramollissement sylvien superficiel gauche chez un droitier, on retient

A. La topographie brachio-faciale du déficit gauche

B. L’association du déficit à des troubles de la sensibilité de l’hémicorps droit

C. Une hémiasomato-anosognosie

D. Une hémianopsie latérale homonyme gauche

E.  Un signe de Babinski droit


Corrigé : B E

 

57-Devant un liquide céphalo-rachidien purulent, vous retenez en faveur d’une méningite à méningocoque:

A. Notion d’épidémie

B. Association à un purpura pétéchial

C. Association à une atteinte des nerfs crâniens

D. Otomastoïdite récente

E.  Antécédent de traumatisme crânien avec fracture de la base du crâne


Corrigé : A B

 

58-Tous les signes suivants sauf un entrent dans la description d’un syndrome latéro-bulbaire gauche de type Wallenberg. Lequel ?

 

A. Syndrome de Claude Bernard Horner gauche

B. Vertige rotatoire

C. Hémiplégie droite massive

D. Nystagmus rotatoire dans le regard latéral

E.  Hémianesthésie thermo-algique droite respectant la face


Corrigé : C

 

59-Une hémorragie méningée d’étiologie anévrismale expose précocement au(x) risque(s) majeur(s) de :

A. Resaignement massif

B. Epilepsie

C. Infarctus cérébral par spasme

D. Hypertension intracrânienne

E.  Cécité


Corrigé : A C D

 

60-Concernant les méningites suppurées du nourrisson et de l’enfant, au-delà de l’âge de 2 mois, les 3 germes volontiers en cause sont :

A. Listeria monocytogènes

B. Streptocoque du groupe B

C. Neisseria meningitidis

D. Streptococcus pneumoniae

E.  Hemophilus influenzae


Corrigé : C D E

 

>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 05 ) 

####SIKI####


61-Qu’est ce qu’une épistaxis méningée ?

A. Une hémorragie méningée cataclysmique

B. Une hémorragie méningée survenant chez un patient traité pour épistaxis

C. Une hémorragie méningée avec à-coup hypertensif entraînant un saignement par le nez

D. Une inondation ventriculaire

E.  Une hémorragie méningée avec signes « a minima »


Corrigé : E

 

62-Dans la surveillance d’une fracture de la voûte crânienne, avec perte de connaissance brève, certains éléments font particulièrement penser à un hématome extradural, sauf un :

A. Coma grave d’emblée

B. Mydriase unilatérale

C. Hémiplégie d’apparition retardée

D. Notion d’un trait de fracture temporal

E.  Aggravation de l’état de conscience après la 4e heure


Corrigé : A

 

63-Les arguments en faveur d’une méningite d’origine tuberculeuse comportent :

A. Liquide céphalorachidien hémorragique

B. Normoglycorachie

C. Sujet transplanté

D. Atteinte de l’état général

E.  Atteinte des paires crâniennes


Corrigé : C D E

 

64-Une lésion sténosante de l’origine de la carotide interne est évoquée devant :

A. Cécité monoculaire et hémiplégie controlatérale

B. Diplopie

C. Souffle sous-angulo-maxillaire systolique

D. Syndrome de Wallenberg

E.  Accidents transitoires répétitifs avec déficit moteur à bascule


Corrigé : A C

 

65-Un enfant de 2 ans présente une méningite ; Dans les antécédents récents on note une rhino-pharyngite et une otite. Quelles sont les deux étiologies bactériennes les plus probables ?

A. Streptococcus pneumoniae

B. Staphylocoque doré

C. Entérocoque

D. Streptocoque du groupe B

E.  Hemophilus influenzae


Corrigé : A E

 

66-Quel(s) antibiotique(s) a (ont) une bonne diffusion hémoméningée ?

A. Ampicilline

B. Amikacine

C. Chloramphénicol

D. Cotrimoxazole

E.  Erythromycine


Corrigé : A C D

 

67-En cas d'antécédents convulsifs, on évite la vaccination :

A. Anti-rougéole

B. Anti-grippale

C. Anti-coqueluche

D. Anti-tuberculeuse

E.  Anti-poliomyélitique


Corrigé : C


68-Parmi les crises suivantes, quelles sont celles qui sont des crises focales ?

A. Crise bravais-jacksonienne

B. Absence type « petit mal »

C. Crise adversive

D. Spasme en flexion

E.  Crise somato-sensitive


Corrigé : A C E

 

69-À propos crises d'épilepsie partielles à symptomatologie complexe, citez la ou les réponse(s) juste(s) :

A. Leur sémiologie est très polymorphe

B. Leur origine est souvent frontale ou temporale

C. L'EEG donne toujours le siège du foyer épileptogène

D. L'Ethosuximide (ZarontinÒ) est un traitement efficace

E.  Le traitement est parfois chirurgical


Corrigé : A B E

 

70-Dans une caserne, 3 cas de méningite cérébrospinale à méningocoque du groupe C ont été diagnostiqués. Quelle(s) mesures(s) prophylactique(s) allez-vous prendre ou envisager ?

A. Désinfection des locaux

B. Dépistage des porteurs

C. Chimioprophylaxie des contacts par l'Amoxicilline

D. Chimioprophylaxie des contacts par la Rifampicine

E.  Vaccination antiméningococcique des sujets contacts


Corrigé : D E

 

71-Parmi les symptômes suivants, lesquels sont liés directement à l'hypertension intracrânienne ?

A. Obnubilation

B. Céphalées

C. Hallucinations visuelles

D. Paralysie du IIIème nerf crânien

E.  Hémianopsie bi-temporale


Corrigé : A B

 

72-Quels sont les critères diagnostiques définissant, dans le cadres des encéphalopathies épileptiques du nourrisson, l'encéphalopathie myoclonique infantile également nommée syndrome de West ?

A. Spasmes en flexion

B. Arrêt du développement psychomoteur

C. Microcéphalie

D. Aspect d'hypsarythmie à l'EEG

E.  Survenue avant l'âge de 18 mois


Corrigé : A B D E

 

73-Chez un sujet droitier on peut évoquer une ischémie du territoire de l'artère cérébrale antérieure gauche devant:

A. Aphasie de Wernicke

B. Réflexe de préhension de la main gauche

C. Hémianopsie latérale homonyme droite

D. Hémiplégie droite à prédominance crurale

E.  Hémiplégie droite à prédominance brachio-faciale


Corrigé : D

 

74-Dans le coma oxycarboné :

A. Le malade est souvent hypothermique

B. Les téguments sont pâles

C. Les convulsions sont fréquentes

D. L'oxygénothérapie hyperbare hâte l'évolution favorable

E.  La guérison sans séquelle est constante


Corrigé : A D

 

75-La méningite à Listeria :

A. Peut être à liquide clair

B. Est surtout fréquente chez l'adolescent

C. Doit être évoquée si l'on voit un bacille gram positif à l'examen direct du LCR

D. Réalise plutôt une méningo-encéphalite

E.  Se traite par les céphalosporines de troisième génération injectables


Corrigé : A C D

 

>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 06 ) 

####SIKI####


76-Le camarade de chambrée d'une jeune recrue vient d'être hospitalisé pour méningite cérébrospinale à méningocoque de sérogroupe C. Quelle prophylaxie spécifique doit être adoptée en France à l'heure actuelle?

A. Désinfection des locaux

B. Séroprophylaxie

C. Chimioprophylaxie

D. Séroprophylaxie et vaccination

E.  Chimioprophylaxie et vaccination


Corrigé : E

 

77-Parmi les symptômes suivants, lesquels sont liés directement à l'hypertension intracrânienne ?

A. Obnubilation

B. Céphalées

C. Hallucinations visuelles

D. Paralysie du IIIe nerf crânien

E.  Hémianopsie bitemporale


Corrigé : A B

 

78-Les deux causes bactériennes les plus fréquentes des méningites néonatales sont :

A. Streptocoque B

B. Méningocoque

C. Pneumocoque

D. Escherichia coli

E.  Staphylococcus epidermidis


Corrigé : A D

 

79-Parmi les médicaments anticonvulsivants suivants, lequel (lesquels) a (ont) une activité certaine sur le petit mal ?

A. Valproate de sodium (Dépakine®)

B. Carbamazépine (Tégrétol®)

C. Diphénylhydantoïne(Dihydan®)

D. Phénobarbital (Gardénal®)

E.  Ethosuximide (Zarontin®)


Corrigé : A E

 

80-Parmi les paramètres suivants, indiquez celui ou ceux qui incitent à réaliser un scanner pour rechercher une cause cérébrale organique dans l'enquête étiologique d'une première crise d'épilepsie :

A. Foyer paroxystique frontal gauche à l'électroencéphalogramme

B. Absence petit mal typique

C. Sujet âgé de 40 ans

D. Antécédents familiaux d'épilepsie

E.  Anomalies bilatérales synchrones à type de pointes-ondes à l'électroencéphalogramme


Corrigé : A C

 

81-Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant le méningocoque ?

A. Sont des diplocoques à Gram (-)

B. Peuvent exister à l'état de portage sain

C. Se rencontrent chez l'homme et les animaux

D. Sont sensibles aux variations de température

E.  Ne présentent qu'un seul sérogroupe capsulaire


Corrigé : A B D

 

82-Un accident ischémique transitoire carotidien peut se manifester par :

A. Une hémiplégie brachio-faciale

B. Une aphasie de Wernicke

C. Une cécité mono-oculaire

D. Un trouble de la déglutition avec signe du rideau

E.  Un vertige rotatoire


Corrigé : A B C

 

83-La recherche d'antigènes solubles permet généralement de reconnaître le germe en cause lors d'une méningite aiguë à :

A. Listeria

B. Pneumocoque

C. Méningocoque du groupe A

D. Méningocoque du groupe B

E.  Haemophilus


Corrigé : B D E

 

84-Quelle(s) est (sont) les propositions exactes concernant les méningocoques ?

A. Sont des diplocoques à Gram (-)

B. Peuvent exister à l'état de portage sain

C. Se rencontrent chez l'homme et les animaux

D. Sont sensibles aux variations de température

E.  Ne présentent qu'un seul sérogroupe capsulaire


Corrigé : A B D

 

85-L'examen cytobactériologique d'un liquide rachidien, prélevé chez un adolescent, montre : - 2.000 éléments/ mm3 avec 90 % de polynucléaires et 10 % de lymphocytes - présence de rares diplocoques à Gram négatif. La bactérie la plus probablement en cause est :

A. Pneumocoque

B. Haemophilus influenzae

C. Méningocoque

D. Escherichia coli

E.  Listeria monocytogènes


Corrigé : C

 

86-Quelle est la caractéristique principale de la céphalée de l'hémorragie méningée ?

A. Localisée

B. Généralisée

C. Brutale

D. Survient lors d'une exposition au soleil

E.  Survient le matin au réveil


Corrigé : C


>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 07 ) 

####SIKI####

=> 06 PolyQCM de Neurologie : la Cmpression médullaire


1/ Le syndrome de la queue de cheval comporte tous ces signes cliniques, sauf un. Lequel ? A - Incontinence urinaire 

B - Baisse de la libido 

C - Priapisme douloureux 

D - Anesthésie en selle 

E - Abolition du réflexe anal 


2/ Dans les compressions médullaires thoraciques, les troubles de la sensibili-té à type de dissociation thermoalgésique sont en faveur de : 

A - Méningiome intra-rachidien 

B - Neurinome intra-rachidien 

C - Astrocytome intra-médullaire étendu 

D - Malformation artério-veineuse médullaire 

E - Epidurite tuberculeuse 


3/ La compression médullaire dorsale : 

A - Est une affection d'évolution lente 

B - Débute classiquement par une radiculalgie 

C - Non opérée, évolue vers la paraplégie 

D - Nécessite un examen de la sensibilité pour déterminer le niveau lésionnel 

E - N'entraine pas de dissociation albumino-cytologique à l'examen du LCR 


4/ Un syndrome de la queue de cheval est évoqué devant : 

A - Une anesthésie en selle. 

B - Des troubles sphinctériens. 

C - Une paraplégie flasque. 

D - Une aréflexie àchilléenne 

E - Tous ces signes. 


5/ RJ. Le syndrome de la queue de cheval se caractérise par : 

A - Un syndrome pluri-radiculaire 

B - Est dû à une lésion du canal rachidien siégeant au dessus du cône terminal de la moelle C - S'accompagne d'un signe de Babinski bilatéral 

D - S'accompagne d'une anesthésie en selle et d'une paralysie flasque dans le ter-ritoire des racines sacrées 

E - S'accompagne d'une impuissance et de troubles urinaires 


6/ L'existence chez un adulte d'un syndrome de Brown-Séquard peut évoquer : 

A - Une dégénér escence spino-cérébelleuse 

B - Une polyradiculonévrite 

C - Une compression médullaire lente 

D - Une multinévrite


Réponses : 1/ C 2/ B 3/ ABCD 4/ E 5/ E 6/ C


>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 05) 

####SIKI####

=> 41 PolyQCM de Neurologie : la Sclérose en plaques



Question 1 : Quelles sont les réponses exactes concernant la sclérose en plaque :

A les troubles cognitifs sont sévères chez la grande majorité des malades après une dizaine d'années d'évolution de la maladie

B les plaques de sclérose sont dépistées par l'IRM

C il n'y a pas d'atrophie cérébrale, même dans les formes très évoluées

D la ponction lombaire montre classiquement une synthèse intrathécale d'immunoglobulines et en particulier des IgG avec un aspect de bandes oligoclonales

E le traitemen

t par l'interféron réduit le nombre de poussées dans les formes évoluant par poussées


Question 2 Parmi les symptômes suivants, lesquels sont évocateurs d'une première poussée de sclérose en plaques ?

A ptosis

B paraparésie

C neuropathie optique rétro-bulbaire

D torticolis spasmodique E paresthésies avec hypopallesthésie des membres inférieurs


Question 3 Une paraparésie spastique installée en quelques jours chez une femme de 45 ans peut faire évoquer le diagnostic de :

A compression médullaire dorsale par un méningiome

B sclérose en plaques

C syndrome de la queue de cheval par métastase d'un cancer du sein

D myélite post-infectieuse

E syndrome de Guillain-Barré


Question 4 Les manifestations cliniques suivantes peuvent être observées dans la sclérose en plaques :

A névralgie faciale

B crises comitiales

C troubles neuro-psychiques

D troubles sphinctériens

E syndrome parkinsonien


Question 5 Parmi les propositions suivantes concernant la SEP, lesquelles sont vraies ?

A la corticothérapie peut être proposée comme traitement de fond dans la sclérose en plaques

B les immunosuppresseurs de type cyclophosphamide peuvent être utilisés dans le traitement des poussées de SEP

C les interférons bêta sont utilisés en traitement de fond de la SEP

D la kinésithérapie intensive est indiquée lors des poussées de SEP

E les premières injections d'interféron bêta au cours des SEP s'accompagnent volontiers d'un syndrome pseudo-grippal transitoire


Question 6 Choisissez le ou les examens complémentaires dont les résultats peuvent donner des arguments positifs pour le diagnostic de sclérose en plaques: *

A Ponction lombaire

B Radiographie du crâne

C Doppler cervical

D Potentiels évoqués visuels

E Examen du champ visuel


Question 7 A propos de la sclérose en plaques:

A La protéinorachie est en règle, supérieure à 1 g/l

B La névrite optique rétro-bulbaire est habituellement symétrique

C La névralgie du trijumeau est rare

D L'euphorie est un signe tardif

E La diplopie peut être révélatrice


Question 8 A propos de la sclérose en plaques il est généralement admis que:

A La maladie est rare dans les zones sub-tropicales

B Il y a une corrélation entre l'incidence de la maladie et les antigènes du système HLA

C Une lymphocytose modérée sans élévation de la protéinorachie est évocatrice

D La première poussée ne survient habituellement pas après l'âge de 50 ans

E Les troubles de l'oculo-motricité sont exceptionnels


Question 9 Au cours de la sclérose en plaques, quel(s) symptôme(s) est (sont) très rarement observé(s):

A Troubles de la sensibilité profonde

B Hémianopsie latérale homonyme

C Syndrome cérébelleux

D Surdité unilatérale

E Diplopie


Question 10 Le traitement corticoïde de la sclérose en plaques:

A Doit être continué en permanence

B Doit être réservé aux poussées

C Ne doit jamais être mis en oeuvre

D Est capable de prévenir les récidives

E Peut comporter des doses massives de manière transitoire


Question 11 Parmi les symptômes suivants, quels sont les trois qui par leur fréquence ont une valeur pour le diagnostic de sclérose en plaques?

A Paraparésie spasmodique

B Hypoacousie unilatérale

C Hypertonie extra-pyramidale

D Névrite optique rétro-bulbaire

E Ophtalmoplégie internucléaire


Question 12 Au cours de la Sclérose en Plaques, les potentiels évoqués visuels:

A Permettent d'ajuster la thérapeutique

B Peuvent être anormaux en l'absence de tout phénomène visuel clinique

C Sont symétriques

D Leur altération traduit avant tout l'existence de plaques périventriculaires postérieures

E Apportent un argument pronostic



Question 13 Dans la sclérose en plaques :

A Une hémianopsie latérale homonyme est souvent constatée

B L'augmentation des g-globulines dans le LCR s'accompagne d'une distribution oligoclonale

C Il peut exister des troubles sphinctériens

D Le traitement repose sur les corticoïdes au long cours

E La vitesse de sédimentation globulaire est habituellement augmentée


Question 14 Au cours d'une sclérose en plaques on peut retrouver :

A Signe de Lhermitte

B Ophtalmoplégie internucléaire

C Paresthésies constrictives

D Impuissance E Syndrome du canal carpien


Question 15 La sclérose en plaques est caractérisée par :

A Une hyper-gamma-globulinorachie oligoclonale

B La normalité habituelle de l'I.R.M

C La visualisation quasi-constante des plaques récentes au scanner X après injection

D Une augmentation de l'amplitude des potentiels évoqués visuels E Une majoration des symptomes par la chaleur


Question 16 Parmi les formules de liquide céphalo-rachidien ci-dessous, deux sont compatibles avec le diagnostic de sclérose en plaques : lesquelles ?

A Protéines 0,30 g/l. cytologie nulle B Protéines 1,80 g/l. cytologie nulle

C Protéines 0,30 g/l. 15 lymphocytes/mm3

D Protéines 0,80 g/l. 500 lymphocytes/mm3

E Protéines 0,60 g/l. 90 lymphocytes/mm3


Question 17 Au cours de la sclérose en plaques :

A Les anomalies des potentiels évoqués visuels sont habituelles

B Il existe souvent une sécrétion intrathécale d'immunoglobulines

C La protéinorachie est en règle supérieure à 1 g/l

D Il existe une lymphocytose du LCR en règle supérieure à 100 éléments par mm3

E L'IRM du cerveau est souvent anormale


Question 18 CS: Le diagnostic de sclérose en plaques peut être argumenté de façon positive par :

A L'étude du LCR

B L'examen par ultrasonographie Doppler des vaisseaux du cou

C L'examen campimétrique du champ visuel

D L'électroencéphalogramme

E L'électromyogramme


Question 19 Les données suivantes concernant le liquide céphalo-rachidien dans la sclérose en plaques. Quelle(s) proposition(s) est (ou sont) compatible(s) avec le diagnostic?

A Protéinorachie normale

B Protéinorachie à 1,80 g/l

C Protéinorachie à 0,60 g/l, 20% de gamma globulinorachie

D Cytologie normale

E 20 lymphocytes/mm3


Question 20 CS: Les signes suivants sont couramment observés lors des poussées initiales de scléroses en plaques, sauf un:

A Crise épileptique partielle

B Syndrome vestibulaire central

C Paresthésies des membres inférieurs

D Une NORB

E Syndrome cérébelleux


Question 21 Dans la sclérose en plaques, les plaques siègent:

A Au niveau des cordons postérieurs de la moelle

B Au niveau des cellules de la corne antérieure

*C Au niveau des nerfs optiques

D A la périphérie des petites veines de la substance blanche

E Au niveau des nerfs auditifs


>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 09) 

####SIKI####


Question 22 Le ou les symptôme(s) suivant(s) fait ou font partie du tableau clinique initial de sclérose en plaques:

A Tremblement extra-pyramidal

B Baisse d'acuité visuelle d'un oeil

C Sensation de peau cartonnée

D Hémiplégie

E Abolition des réflexes ostéo-tendineux rotuliens


Question 23 CS: L'incidence et la prévalence les plus élevées de la sclérose en plaques sont observées :

A Dans les pays tropicaux

B En zone équitoriale

C Au sein de la population noire d'Afrique du Sud

D Dans les pays tempérés froids

E Dans les pays méditerranéens


Question 24 Parmi les symptômes suivants, quels sont les deux les plus fréquents au cours de la sclérose en plaques ?

A Paraparésie spasmodique

B Hypoacousie unilatérale

C Hypertonie extra-pyramidale

D Névrite optique rétro-bulbaire

E Paralysie de l'élévation du regard


Question 25 CS: Chez un jeune patient suspect de sclérose en plaques, l'examen montre un syndrome pyramidal des quatre membres, un syndrome cérébelleux, un nystagmus et une diplopie. Ce tableau permet d'éliminer un des diagnostics différentiels suivants de la SEP:

A Tumeur de la fosse postérieure

B Malformation angiomateuse du tronc cérébral

C Compression de la moëlle cervicale

D Malformation de la charnière occipito-vertébrale

E Hérédo-dégénération spino-cérébelleuse


Réponses : 1 ABDE 14 ABCD 2 BCE 15 AE 3 ACD 16 AC 4 ABCD 17 ABE 5 CE 18 A 6 ADE 19 ACDE 7 CDE 20 A 8 ABCD 21 ACD 9 BD 22 BCD 10 BE 23 D 11 ADE 24 AD 12 B 25 C 13 BC


Question 26 : Quels sont parmi les examens paracliniques suivant, ceux qui fournissent des

orientations dans le cadre de la sclérose en plaques ?


1.1La ponction lombairev

1.2La radiographie du crâne standard

1.3Les potentiels évoqués auditifs

1.4Le doppler cervical

1.5Les potentiels évoqués visuelsv

1.6L'étude du champ visuelv2A propos de la SEP,



Question 27 : 2 propositions sont inexactes. Lesquelles ?


2.1La névrite optique rétrobulbaire est souvent symétrique

2.2L'euphorie est un signe d'évolution tardivev

2.3La diplopie est un signe souvent révélateurv

2.4La névralgie du trijumeau est caractéristique

2.5La protéinorachie est supérieure à 1 g/l

2.6La névralgie du trijumeau n'est pas fréquentev


Question 28 : A propos de la SEP, 1 proposition est inexacte. Laquelle ?


3.1La SEP est rare en zone inter-tropicalev

3.2Les troubles occulo-moteurs sont rarissimes

3.3La première poussée ne survient jamais après 50 ans

3.4Une hyperlymphocytose modérée sans hyperprotéinorachie est très peu révélatrice


Question 29 : Au cours de la SEP, quel(s) sont le(s) symptome(s)s rarement observé(s) ?


4.1Diplopie

4.2Toubles de la sensibilité profondev

4.3Surdité unilatérale

4.4Syndrome cérébelleuxv

4.5Hémianopsie latérale homonyme


Question 30 : Le traitement de la SEP par les corticoïdes


5.1Est capable de prévenir les récidives

5.2Ne doit jamais être mis en oeuvre

5.3Peut comporter des doses massives de manière transitoirev

5.4Doit être continué en permanence5.5Doit être prescrit en raison des pousséesv


Question 31 : Un sujet de 30 ans se plaint depuis 15 jours d'une difficulté à manger, parler et siffler.

On remarque une parésie bilatérale dans le territoire du facial, un signe de Charles Bell

bilatéral et une aréflexie des 4 mb sans trouble sensitivo-moteur. Diag ?


6.1Un syndrome de Guillain-Barrév

6.2Une S.E.P.

6.3Une rhombencéphalite virale

6.4Une périartérite noueuse

6.5Une neurosyphilis


Question 32 : Chez un jeune patient suspect de SEP, l'examen montre un syndrome pyramidal

des 4 mb, un syndrome cérébelleux, un nystagmus et une diplopie. Ce tableau

permet d'éliminer un diagnostic différenteil de la SEP. Lequel ?


7.1Compression de la moelle cervicale.                          v

7.2Malformation de la charnière cervico-occipitale

7.3Hérédodégénération spino-cérébelleuse

7.4Malformation angiomateuse du tronc cérébral

7.5Tumeur de la fosse postérieure


Question 33 : Le signe de Lhermitte s'observe au cours de

8.1Syndrome de Guillain-Barré

8.2Sclérose en plaques.                                         v

8.3Myélopathie cervicarthrosique.                    v

8.4Sclérose latérale amyotrophique

8.5Maladie de Parkinson


Question 34 : Parmi les symptomes suivants, quels sont les 3 qui par leur fréquence,

ont une valeur dans le diagnostic de SEP ?


9.1Névrite optique rétro-bulbaire.                     v

9.2Omphtalmoplégie internucléaire.                v

9.3Hypertonie extra-pyramydale

9.4Paraparésie spasmodique.                             v

9.5Hypoacousie unilatérale


Question 35 : Aucours de la SEP, les potentiels évoqués visuels


10.1Apportent un argument pronostique

10.2Sont symétriques

10.3Permettent d'ajuster la thérapeutique

10.4Leur altération traduit l'existence de plaques périventriculaires postérieures

10.5Peuvent être anormaux en l'absence de phénomène visuel clinique.                                  v


Question 36 : Une multinévrite peut apparaître au cours de


11.1Sclérose latérale amyotrophique
11.2Sclérose en plaques
11.3Lèprev11.4Diabète.                           v
11.5Périartérite noueuse.                         v


Question 37 : Le LCR d'un patient atteint d'une SEP comporte typiquement


12.1Une protéinorachie supérieure à 1 g/l.        v

12.2Une hypoglycorachie

12.3Une hypercytose lymphocytaire discrète

12.4Une polynucléose

12.5Une distribution oligo-clonale du profil électrophorétique des protéines.                                                                        v


Question 38 : Dans la sclérose en plaques


13.1La vitesse de sédimentation globulaire est habituellement augmentée

13.2Le traitement repose sur la corticothérapie au long cours

13.3L'augmentation des gamma-globulines dans le LCR s'accompagne

d'une distribution oligo-clonale.      v

13.4Une hémianopsie latérale homonyme est souvent constatée

13.5Il peut exister des troubles sphinctériens.          v


Question 39 : Au cours de la sclérose en plaques on peut retrouver:


14.1Un syndrome du canal carpien

14.2Une impuisance.                                       v

14.3Des paresthésies constrictives.           v

14.4Un signe de Lhermitte.                            v

14.5Une ophtalmoplégie inter-nucléaire. v


Question 40 : La sclérose en plaques est caractérisée par

15.1La visualisation quasi-constante des plaques récentes au Scanner X

après inection de produit de contraste

15.2La normalité habituelle de l'IRM

15.3La majoration des symptomes par la chaleur.               v

15.4Une hyper-gamma-globulinorachie oligo-clonale

15.5Une augmentation de l'amplitude des potentiels évoqués visuels.       v


Question 41 : Parmi les formules de liquide céphalorachidien suivantes, 2 sont compatibles

avec le diagnostic de SEP. Lesquelles ?


16.1Protéines 0,60 g/l; 90 polynucléaires/mm3

16.2Protéines 0,30 g/l et cytologie nulle.                                   v

16.3Protéines 1,80 g/l et cytologie nulle

16.4Protéines 0,80 g/l et 500 lymphocytes /mm3

16.5Protéines 0,30 g/l et 15 lymphocytes /mm3.                   v



>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 10 ) 

####SIKI####

=> 12 PolyQCM de Neurologie : Les Accidents vasculaires cérébraux

1/ Le premier examen para clinique à réaliser chez un patient porteur de signes cliniques d'AVC est : 

A - un ECG 
B - une échographie cardiaque 
C - un scanner cérébral 
D - un EEG E - un dextro 

2/ Laquelle de ces propositions est exacte concernant l'accident ischémique cérébral transitoire ? 
A - il est toujours d'origine carotidienne 
B - comporte par définition une cécité monoculaire définitive 
C - le scanner cérébral est normal 
D - le diagnostic est fait par l'artériographie des troncs supra-aortiques 
E - nécessite toujours un traitement chirurgical en urgence 

3/ Concernant l'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique une ou plusieurs des propositions suivantes sont vraies : 
A - l'AVC ischémique est la première cause de morbidité dans les pays industrialisés 
B - la récupération spontanée est habituelle mais variable 
C - est une pathologie exclusivement de la personne âgée 
D - correspond à une occlusion artérielle d'une artère cérébrale ou à destinée cérébrale 
E - peut se compliquer d'un hématome cérébral secondairement 

4/ Parmi les éléments suivants, citer celui qui évoque plutôt une origine ischémique qu'hémorragique d'un accident vasculaire cérébral: 
A - Survenue en pleine activité 
B - Existence de signes méningés 
C - Antécédents d'accidents vasculaires transitoires 
D - Céphalées brutales 
E - Antécédents d'hypertension artérielle 

5/ Un infarctus cérébral peut être la conséquence de: 
A - Une artérite inflammatoire 
B - Une obstruction vasculaire extra-crânienne 
C - Une embolie 
D - Un spasme après rupture d'anévrysme 
E - Un abcès cérébral 

6/ Un ramollissement cérébral est : 
A - Un abcès du cerveau 
B - Une tumeur nécrosée 
C - Un infarctus 
D - Un nodule caséeux ramolli 
E - Un hématome intra-parenchymateux 

7/ Les voies de suppléance d'une obstruction carotidienne sont les artères : 
A - Anastomoses cortico-corticales 
B - Ophtalmique 
C - Communicante postérieure 
D - Méningée moyenne 
E - Cérébelleuse supérieure 

8/ Un infarctus cérébral peut être la conséquence d' : 
A - Une phlébite cérébrale 
B - Une obstruction carotidienne extra-crânienne 
C - Une embolie 
D - Un spasme après rupture d'anévrisme 
E - Un abcès cérébral 

9/ ______ ne peut jamais se compliquer d'infarctus cérébraux: 
A - Les migraines 
B - La polyglobulie 
C - Le syndrome de coagulation intravasculaire disséminé 
D - Le rétrecissement mitral 
E - La prescription d'aspirine au long cours 

10/ Chez un sujet droitier, on évoque une ischémie du territoire de l'artère sylvienne superficielle gauche devant: 
A - Hémianopsie latérale homonyme droite 
B - Une aphasie de broca 
C - Anosognosie et hémiasomatognosie 
D - Hémiplégie à prédominance crurale 
E - Hémiplégie à prédominance brachio-facial

11/ En faveur d'un ramollissement sylvien superficiel gauche chez un droitier, on retient : 
A - La topographie brachio-faciale du déficit droit 
B - L'association du déficit à des troubles de la sensibilité de l'hémicorps droit 
C - Une hémi-asomato-anosognosie 
D - Une hémianopsie latérale homonyme droite 
E - Un signe de Babinski droit 

12/ Quels sont chez un sujet droitier, les signes rencontrés au cours d'une ischémie du territoire superficiel de l'artère sylvienne gauche ? 
A - Hémianopsie latérale homonyme droite 
B - Troubles sphinctériens 
C - Aphasie de Wernicke 
D - Asomatognosie 
E - Hémiplégie droite à prédominance brachiofaciale 

13/ Au cours d'un infarctus sylvien superficiel gauche on constate typiquement: 
A - Hémianopsie latérale homonyme gauche 
B - Hémiplégie droite brachio-faciale 
C - Aphasie 
D - Diplopie 
E - Déficit moteur distal droit 

14/ Un infarctus sylvien: 
A - Peut être secondaire à une obstruction carotidienne 
B - Peut être secondaire à une obstruction de l'artére cérébrale antérieure 
C - Entraîne en tomodensitométrie une hypodensité du pôle occipital 
D - Peut être dû à une embolie d'origine cardiaque 
E - Ne se complique jamais d'un oedème cérébral 

15/ Chez un sujet droitier, on évoque une ischémie du territoire de l'artère sylvienne profonde gauche devant: 
A - Hémianopsie latérale homonyme droite 
B - Une aphasie de broca 
C - Anosognosie et hémiasomatognosie 
D - Hémiplégie non-proportionnelle 
E - Hémiplégie proportionnelle 

16/ Devant un déficit neurologique à prédominance facio-brachiale droit de survenue brutale associé à une aphasie et qui a duré 10 minutes chez un homme de 64 ans hypertendu et qui a une fibrillation auriculaire, quelles sont les propositions exactes ? 
A - Vous débutez une anticoagulation sans imagerie cérébrale 
B - Vous demandez un scanner ou une IRM 
C - Vous prescrivez de l'aspirine sans avoir besoin d'informations complémentaires 
D - Vous suspectez un accident ischémique transitoire dans le territoire carotidien 
E - Vous demandez au chirurgien vasculaire d'opérer la carotide interne droite sténosée à 75 % 

17/ L'infarctus sylvien total comporte : 
A - des vertiges 
B - une anosognosie 
C - une aphasie 
D - une hémiplégie 
E - une paralysie du III 

18/ Chez un sujet droitier, ont peut évoquer une ischémie aiguë du territoire de l'artère cérébrale antérieure gauche devant : 
A - Une aphasie de Wernicke 
B - Réflexe de préhension de la main gauche 
C - Hémianopsie latérale homonyme droite 
D - Hémiplégie droite à prédominance crurale 
E - Une hémiplégie droite à prédominance brachio-faciale 

19/ En cas d'infarctus vértébrobasilaire profond, il y'a: 
A - Un CBH homolatéral. 
B - Un CBH hétérolatéral. 
C - Des signes cérébelleux dans le même territoire. 
D - Des troubles sensitifs à l'hémicorps homolatéral. 
E - Des troubles sensitifs à l'hémicorps controlatéral. 

20/ Le syndrome de Wallenberg : 
A - Débute par un vertige de type périphérique 
B - S'accompagne d'une hypoacousie 
C - Comporte un syndrome cérébelleux du coté de la lésion 
D - Comporte une atteinte périphérique du nerf facial homolatéral à la lésion 
E - Comporte une dissociation thermoalgésique hémicorporelle controlatérale à la lésion 

21/ Tous les signes suivants sauf un entrent dans la description du syndrome latérobulbaire gauche de type Wallenberg : 
A - Syndrome de Claude Bernard Horner gauche 
B - Hémisyndrome cérébelleux gauche
C - Hémiplégie motrice droite 
D - Nystagmus rotatoire 
E - Hémianesthésie thermo-algique droite respectant la face 

22/ Les signes précoces de l’AVC ischémique avant 6 heures (couchez la/les R F) 
A - Hyperdensité vasculaire artérielle par la présences d’un thrombus frais intra cérébrales 
B - Dédifférenciation substance blanche substance grise 
C - Effacement du ruban insulaire du coté atteint 
D - Œdème cortical avec effacement des sillon corticaux 
E - Toutes les réponses sont justes 

23/ Dans l’IRM de l’AVC ischémique on retrouve les images suivantes : 
A - Hypersignal T2 écho de gradient + hypersignal en séquences de diffusion 
B - Hypersignal en séquences de diffusion + hyposignal T1 
C - Hyposignal T1 + hypersignal T2 
D - Hypersignal T2 + hyper signal en séquences de diffusion 
E - Toutes les réponses sont justes 

24/ En cas d'accident ischémique transitoire dans le territoire carotidien l'examen tomodensitométrique pratiqué au 8ème jour: 
A - Est le plus souvent normal 
B - Révèle une hyperdensité spontanée homogène, cortico-sous-corticale 
C - Met en évidence des symptômes d'effet de masse 
D - Montre une hypodensité triangulaire prenant le contraste de façon homogène 
E - Aucune des réponses proposées n'est exacte 

25/ Devant les signes d'un accident ischémique constitué, l'IRM: 
A - Doit être pratiquée si le scanner est normal. 
B - Elle permet de dépister l'ischémie cellulaire, avant même la constitution d'une nécrose. 
C - L’IRM de diffusion est quasiment toujours anormale dès les premières minutes de l’AIC. 
D - L'angio IRM permet de dépister les rétrécissements artériels consécutifs à l'athérome. 
E - Toutes les réponses suscitées sont justes

Réponses : 1/ E 2/ C 3/ ABDE 4/ C 5/ ABCD 6/ C 7/ ABC 8/ ABCD 9/ E 10/ ABE 11/ ABDE 12/ ACE 13/ BC  14/ AD 15/ ABE 16/ BD 17/ BCD 18/ D 19/ ACE 20/ ACE 21/ C 22/ DE 23/ BCD 24/ A 25/ ABCDE


>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 11 ) 

####SIKI####

=> 21 PolyQCM de Neurologie : Hémorragie méningée

Question 1 : L'hémorragie méningée est caractérisée par: 

L'épanchement de sans où circule la liquide céphalo-rachidien 
Un syndrome parkinsonien 
Un syndrome méningé 
Un syndrome d'irritation corticale 
Toutes les réponses suscitées sont juste 

Explication pour la question 1: 
A: l’espace sous-arachnoïdien est l'endroit où circule le LCR 

Question 2 : Un anévrysme artériel intracrânien: 
Est une malformation le plus souvent congénitale 
Siège essentiellement sur les vaisseaux du polygone de Willis 
Correspond à une lésion de l'intima 
Se rencontre surtout chez les sujets athéromateux 
Donne lieu à l'audition d'un souffle intracrânien 

Explication pour la question 2: 
C: dilatation de la paroi artérielle 

Question 3 : Au sujet des anévrismes artériels intracrâniens : 
La quasi-totalité des anévrismes siègent au niveau des vaisseaux de la base du crâne 
La localisation la plus fréquente est l’artère cérébrale postérieure 
Ils sont généralement asymptomatique jusqu'à la découverte de façon fortuite à l’occasion d’un examen neuroradiologique, sur un scanner, une IRM ou une artériographie demandés pour une autre cause. L'hypertension artérielle est un facteur de risque 
La rupture d'anévrisme est toujours favorisée par l'effort 

Explication pour la question 3: 
B: artère cérébrale antérieure - 
E: pas toujours ;) 

Question 4 : En l'absence de traitement, un malade présentant une hémorragie méningée d'origine anévrismale est exposé au(x) risque(s) de : 
Méningite 
Récidive hémorragique 
Ischémie dans le territoire de l'artère porteuse 
Hydrocéphalie Paralysie du VII 

Question 5 : L'anévrisme artériel intracrânien : 
Siège plus volontiers à la périphérie des territoires artériels 
Est parfois vu sur la radiographie simple du fait de sa calcification 
Peut être multiple 
Est une malformation congénitale héréditaire 
Est plus fréquent dans le territoire carotidien que vertébro-basilaire 

Question 6 :   Les malformations artério-veineuses intracrâniennes 
Sont des malformations congénitales 
Sont formées d’un réseau (le nidus) de vaisseaux malformatifs de petit calibre 
Sont formées d’un réseau (le nidus) de vaisseaux malformatifs de grand calibre 
Réalisent un shunt artério-veineux, 
Leur siège peut être cortical ou profond. 

Question 7 : Une hémorragie méningée d'étiologie anévrismale expose précocement au(x) risque(s) majeur(s) de : 
Resaignement massif 
Epilepsie
Infarctus cérébral par spasme 
Inondation ventriculaire 
Cécité 

Question 8 : Les causes des hémorragies sous-arachnoïdiennes : 
Les anévrismes artériels intra-crâniens (10 % des cas) 
Les anévrismes artériels intra-crâniens (80 % des cas) 
Les malformations artério-veineuses (10 % des cas) 
Les malformations artério-veineuses (80 % des cas) 
Des troubles de coagulation sévères 

Question 9 : En cas d'hémorragie sous-arachnoïdienne, la sémiologie parle de « coup de tonnerre dans un ciel serein » , qui est : 
Les signes d'HTIC 
Une céphalée minime suivie de vomissement. 
Une céphalée brutale inhabituelle suivie de vomissement. 
Seulement des vomissement en jet. 
Seulement un céphalée postérieure. 

Question 10 : En cas d'hémorragie méningée, il peut y avoir : 
Des céphalées de façon constante. 
Des vomissement. 
Une crise d'épilepsie partielle. 
Une crise d'épilepsie généralisée. 
Un coma 

Question 11 :  Un syndrome d'hémorragie méningée avec ptosis et mydriase unilatéraux, chez un malade conscient, doit faire évoquer : 
un engagement temporal 
un hématome pédonculaire 
un anévrisme de la carotide interne intracrânienne 
un anévrisme de l'artère communicante antérieure 
un anévrisme de l'artère sylvienne 

Question 12 : Une hémorragie méningée accompagnée d'une paralysie du III évoque : 
Un angiome thalamique 
Un anévrisme de la bifurcation sylvienne 
Un anévrisme supra-clinoïdien de la carotide interne 
Un anévrisme de l'artère communicante antérieure Un anévrisme de l'artère vertébrale dans sa portion intracrânienne 

Question 13 : En présence d'un liquide céphalo-rachidien sanglant, quels sont les éléments qui plaident en faveur d'une hémorragie méningée véritable non liée au traumatisme de la ponction lombaire ? 
3e tube plus clair que le premier 
Coagulation du sang dans le tube 
Liquide xanthochromique 
Présence de macrophages à l'examen cytologique 
Présence de pigments sanguins 

Question 14 : Le spasme vasculaire est une complication fréquente des hémorragies méningées: 
Il entraîne des foyers d'ischémie cérébrale 
Il peut être responsable d'une hydrocéphalie 
Il apparaît immédiatement après la rupture anévrysmale 
Il est dû à la présence de sang dans l'espace sous-arachnoïdien 
On ne peut affirmer formellement son existence que par le biais d'une angiographie 

Explication pour la question 14: C: J- 12 / 13 

Question 15 : Le diagnostic d'hémorragie méningée peut être affirmé par : 
La tomodensitométrie crânienne 
La radiographie du crâne L'EEG 
La ponction lombaire L'artériographie

Question 16 : Quelle est la caractéristique principale de la céphalée d'une hémorragie méningée ? 

A - Situation occipitale 
B - Installation progressive 
C - Répétitive 
D - Installation très brutale 
E - Accompagnée de vomissements 

Question 17 : L'hémorragie méningée survient préférentiellement : 
A - A l'occasion d'un effort 
B - Lors de changements de pression atmosphérique 
C - Lors d'une exposition prolongée au soleil 
D - Pendant le sommeil 
E - Le matin au réveil 

Question 18 :  Un syndrome d'hémorragie méningée avec ptosis et mydriase unilatéraux, chez un malade conscient doit faire évoquer: 
A - Un engagement temporal 
B - Un hématome pédonculaire 
C - Un anévrisme de la carotide interne intra crânienne 
D - Un anévrisme de l'artère communicante antérieure 
E - Un anévrisme de l'artère sylvienne 

Question 19 :  Quelle est la caractéristique principale de la céphalée de l'hémorragie méningée? 
A - Localisée 
B - Généralisée 
C - Brutale 
D - Survient lors d'une exposition au soleil E - Survient le matin au réveil 

Question 20 :  Une hémorragie méningée accompagnée d'une paralysie du III évoque : 
A - Un angiome thalamique 
B - Un anévrisme de la bifurcation sylvienne 
C - Un anévrisme supra-clinoïdien de la carotide interne 
D - Un anévrisme de l'artère communicante antérieure 
E - Un anévrisme de l'artère vertébrale dans sa portion intra-crânienne 

Question 21 :  Qu'appelle-t-on une épistaxis méningée ? 
A - Une inondation ventriculaire 
B - Une hémorragie méningée avec à coup hypertensif entraînant un saignement par le nez 
C - Une hémorragie méningée survenant chez un sujet sous anti-coagulant 
D - Une hémorragie méningée avec signes 'à minima' 
E - Une hémorragie méningée cataclysmique


Réponses : 1/ ACD    2/ AB    3/ ACDE     4/ BCD     5/ ABCDE 
     6/ ABDE      7/ AC      8/ BCE      9/ C      10/ABDE      11/ C      12/ C      13/ CDE      14/ AD      15/ AD     16/ D    17/ A    18/ C     19/ C     20/ C    21/ D

>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 12 ) 

####SIKI####

=> 18 PolyQCM de Neurologie : La Migraine

1/ Le scotome scintillant est un signe de : 

A - l'AIT 
B - L'HTIC 
C - La migraine sans aura 
D - l'aura visuelle 
E - atteinte du nerf optique 

2/ Dans la migraine, la céphalée est : 
A - unilatérale 
B - pulsatile 
C - gênante 
D - dure de 24 à 72 heures 
E - réagie aux AINS 

3/ Une femme de 30 ans, présente des crises migraineuses typiques dont la recrudescence récente l'amène à prendre 2 comprimés par jour de 2 mg de tartrate d'ergotamine (Gynergène cafeine®) depuis 15 jours. Depuis une semaine, les céphalées sont permanentes et intenses. Elles s'accompagnent d'une asthénie, d'un état nauséeux permanent et d'un refroidissement avec paresthésies des extrémités. Quelle(s) proposition(s) vous paraî(ssen)t exacte(s) lors de cette phase aiguë ? 
A - Il s'agit d'un état de mal migraineux 
B - L'hospitalisation est souhaitable 
C - Le Gynergene caféiné joue un rôle dans le tableau actuel 
D - Il faut prescrire de la dihydroergotamine injectable E - Il faut instituer un traitement au propranolol (Avlocardyl®) per os 

4/ Pour retenir le diagnostic de migraine chez un enfant de 5 ans il faut : 
A - Au moins 10 épisodes de céphalées typiques 
B - Que les céphalées soit unilatérale et pulsatile 
C - Que la céphalée cède avec le sommeil 
D - Une imagerie ( IRM ) obligatoire 
E - Seulement les propositions A et C sont justes 

5/ RJ. Le traitement de la crise migraineuse fait habituellement appel : 
A - Au tartrate d’ergotamine (Gynergène cafeiné) 
B - Au méthysergide (Desernil) 
C - Au pizotifène (Sanmigran) 
D - Au propranolol (Avlocardyl) 
E - A l'amitriptyline (Laroxyl)



Réponses : 1/ D       2/ ABCE      3/ ABC       4/ ABC       5/ A

1/ Une crise migraineuse peut se manifester par: 
A - Des nausées 
B - Un scotome scintillant 
C - Des paresthésies d'un hémicorps 
D - Une aphasie 
E - Un œdème papillaire avec exsudats et hémorragies rétiniennes 

2/ Chez un sujet migraineux, les accès de céphalées : 
A - Peuvent s'accompagner de troubles visuels 
B - Durent habituellement moins d'une heure 
C - Intéressent toujours le même côté du crâne 
D - Sont parfois accompagnés de vomissements 
E - Peuvent s'accompagner de modifications de l'humeur 

3/ Dans la migraine accompagnée : 
A - Les céphalées peuvent précéder des troubles neurologiques déficitaires 
B - Les céphalées ne sont jamais alternantes 
C - Il peut exister un trouble aphasique 
D - Il existe fréquemment des troubles sensitifs hémi-corporels 
E - Il existe fréquemment une hémiplégie 

4/ En présence d'une hémicrânie d'apparition rapide, précédée de troubles visuels, accompagnée de nausées, sans anomalie objective à l'examen, vous évoquez en premier lieu: 
A - Une paralysie du nerf moteur oculaire externe 
B - Un herpès oculaire 
C - Une uvéite 
D - Une migraine ophtalmique 
E - Une névralgie essentielle du trijumeau 

5/ Une crise de migraine accompagnée : 
A - Peut comporter des troubles aphasiques lors de la phase déficitaire 
B - Comporte successivement un déficit neurologique puis une céphalée 
C - Révèle habituellement une malformation artérioveineuse cérébrale 
D - Peut poser un problème de diagnostic différentiel avec un accident ischémique transitoire 
E - Peut comporter des manifestations déficitaires du territoire vertébro-basilaire 

6/ Parmi les médicaments suivants, lequel ou lesquels est (sont) adapté(s) au traitement de fond de la migraine ? 
A - Pizotifene (SANMIGRAN*) 
B - Méthysergide (DESERNIL*) 
C - Oxétorone (NOCERTONE*) 
D - Tartrate d'ergotamine (MIGWELL*) 
E - Propanolol (AVLOCARDYL*) 

7/ La migraine ophtalmique se caractérise par une ou plusieurs des éventualités suivantes : 
A - Scotomes scintillants précedant la céphalée 
B - Scotomes hémianopsiques précedant la céphalée 
C - Diplopie par paralysie du III suivant la céphalée 
D - Diplopie par la paralysie du VI suivant la céphalée 
E - Cécité binoculaire transitoire 

8/ Tous les médicaments suivants sont utilisés dans le traitement de fond de la maladie migraineuse, sauf un, lequel? 
A - Tegretol * (Carbamazepine) 
B - Désernil * (Methysergide) 
C - Avlocardyl * (Propranolol) 
D - Sanmigran * (Pizotifene) 
E - Dihydroergotamine * (DHE) 

9/ Parmi les médicaments suivants, quel est ou quels sont ceux qui peut ou peuvent être utilisé(s) dans le traitement de fond des migraines: 
A - Gynergène 
B - Gynergène caféiné 
C - Migwell 
D - Dihydroergotamine 
E - Avlocardyl 

10/ Au cours de la migraine accompagnée : 
A - La survenue d'une hémiplégie est fréquente
B - Les phénomènes d'accompagnement durent pendant toute la durée de l'accès de mal de tête 
C - Les paresthésies éventuelles prédominent au niveau de la bouche et de la main 
D - Il peut exister des phénomènes aphasiques temporaires 
E - L'EEG en cours de crise peut être perturbé 

11/ Parmi les médicaments suivants, quels sont ceux utilisé dans le traitement de fond d'une migraine? 
A - Méthysergide (Désernil*) 
B - Propranolol (Avlocardyl*) 
C - Carbamazépine (Tégrétol*) 
D - Pizotifen (Sanmigran*) 
E - Phénobarbital (Gardénal*) 

12/ Chez un patient de 30 ans, présentant des accès de migraine commune, à la fréquence de 2 par semaine en moyenne, dont certains entraînent un arrêt de travail de 24 heures, lequel de ces éventuels traitements per os n'est pas adapté au long cours? 
A - Dihydro-ergotamine 9 mg/j (3 comprimés ou 90 gouttes/j) 
B - Tartrate d'Ergotamine 3 mg/j (Gynergène Caféiné 3 comprimés/j) 
C - Amitriptyline 75 mg/j (Laroxyl 25, 3 comprimés/j) 
D - Propranolol 120 mg/j (Avlocardyl 3 comprimés/j) 
E - Pizotifène 150 mg/j (Sanmigran 3 comprimés/j) 

13/ Au cours de la migraine ophtalmique: 
A - Une aura visuelle signe l'accés migraineux 
B - L'aura visuelle peut être des phosphènes 
C - L'aura visuelle est toujours représenté par un scotome scintillant 
D - Chez les enfants on peut parler d'hallucinations visuelles 
E - La céphalée suit l’aura avec un intervalle libre de moins de soixante minutes 


Corrigés : 1/ ABCD 2/ ADE 3/ ACD 4/ D 5/ BDE 6/ ABCE 7/ AB 8/ A 9/ DE 10/ CDE 11/ ABD 12/ B 13/ ABDE


>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 13 ) 

####SIKI####

=> 20 PolyQCM de Neurologie : La Myasthénie

1/ La myasthénie : 

A - Entraîne une atteinte de l'oculomotricité intrinsèque 
B - Epargne toujours la face 
C - Est liée à un trouble de la jonction neuromusculaire 
D - Peut s'accompagner d'une augmentation du taux de certains auto-anticorps 
E - Peut être aggravée par les benzodiazépines 

2/ Une myasthénie peut être responsable de : 
A-Ptosis 
B-Myosis 
C-Mydriase 
D- Diplopie 
E- Scotome central 

3/ La myasthénie se manifeste par : 
A-Des troubles de la déglutition 
B- Un ptosis 
C-Une diplopie 
D- Une mydriase 
E-Des troubles sphinctériens 

4/ Dans la myasthénie l'atteinte musculaire la plus évocatrice siège habituellement au niveau: 
A - Des sphincters striés 
B - De l'œsophage 
C - Des petits muscles thénariens 
D - De la musculature oculaire extrinsèque 
E - De la musculature oculaire intrinsèque 

5/ Parmi les traitements suivants, quel est celui qui est utilisé dans le traitement symptomatique d'une myasthénie ? 
A - Corticoïdes au long cours 
B - Plasmaphérèses 
C - Anticholinestérasiques 
D - Thymectomie 
E - Immunosuppresseurs 

6/ Citez, parmi les examens complémentaires suivants, ceux qui permettent d'affirmer le diagnostic de myasthénie (CM) : 
A - Électromyographie 
B - Potentiels évoqués sensitifs 
C - Test à la Prostigmine 
D - Scanner cérébral 
E - Dosage des anticorps antirécepteurs à l'acétylcholine 

7/ Parmi les signes oculomoteurs suivants, le (les) quel(s) peut (peuvent) se voir au cours d'une myasthénie ? 
A-Myosis 
B-Enophtalmie 
C- Ptosis 
D-Diplopie 
E- Paralysie de la latéralité du regard 

8/ Toutes les propositions suivantes s'appliquent à la myasthénie sauf une. Indiquez laquelle : 
A - Concerne la jonction myoneurale 
B - Résulte d'un désordre immunitaire 
C - S'accompagne toujours d'une tumeur thymique 
D - Provoque une fatigabilité anormale à l'effort 
E - Frappe avec prédilection l'oculomotricité

 9/ Un malade est atteint de myasthénie et de plus est porteur d'une masse médiastinale visible ö la radiographie. Quel est le diagnostic de tumeur le plus probable ? 
A - Tumeur carcinoïde 
B - Mésothéliome 
C - Maladie de Hodgkin 
D - Thymome médiastinal 
E - Lymphome malin non hodgkinien 

10/ A propos de la myasthénie : 
A - il s'agit d'une affection qui touche surtout la femme 
B - l'atteinte des muscles oculaires est souvent révélatrice 
C - on retrouve un thymome dans certains cas 
D - l'association ö une hypothyroïdie est possible 
E - les échanges plasmatiques constituent un des traitements symptomatiques 

11/ La découverte d'une myasthénie impose : 
A - Un scanner cérébral 
B - Un scanner thoracique 
C - La recherche d'une affection auto-immune associée 
D - Un arbre généalogique 
E - Des potentiels évoqués visuels 

12/ Le traitement médicamenteux de la myasthénie peut faire appel à : 
A - Des anticholinestérasiques 
B - Des corticoïdes 
C - Des immunosuppresseurs 
D - Des vasodilatateurs artériolaires 
E - Des anabolisants protidiques

13/ Une femme de 65 ans, sans antécédent, vient vous consulter car elle a constaté depuis 2 mois des épisodes d'environ 2 à 4 heures de vision double lorsqu'elle regarde la télévision en fin de journée où elle a été très active. La fréquence de ces épisodes et leur intensité vont en augmentant pour devenir quotidiens. Vous l'examinez à 10 heures du matin, elle ne signale aucune anomalie et son examen neurologique est normal. Quel est le diagnostic le plus probable ? 
A - sclérose en plaques 
B - accident vasculaire ischémique transitoire 
C - myasthénie 
D - sclérose latérale amyotrophique 
E - migraine ophtalmoplégique 

14/ Toutes les propositions suivantes s'appliquent à la myasthénie, sauf une. Laquelle ? 
A - elle touche plus souvent la femme que l'homme 
B - elle réalise un bloc neuro-musculaire postsynaptique 
C - elle se caractérise en EMG par un décrément de l'amplitude des réponses musculaires lors des stimulations répétitives à basse fréquence 
D - elle entraîne classiquement des troubles sphinctériens chez les femmes 
E - elle peut être traitée par ablation du thymus même si celui-ci paraît normal en imagerie 

15/ Parmi les arguments suivants, quels sont ceux qui confortent le diagnostic de myasthénie ? 
A - Ptosis intermittent 
B - Hypopallesthésie des membres inférieurs 
C - A l'EMG, décrément du potentiel d'action moteur d'au moins 10 % à la stimulation répétitive à 3 Hz du nerf cubital 
D - Présence d'anticorps anti-nerf périphérique 
E - Hyperprotéinorachie dans le LCR 

16/ Le syndrome myasthénique: 
A - Comporte toujours une amyotrophie 
B - Est variable au cours de la journée 
C - Comporte une aggravation par l'effort musculaire en dehors du territoire intéressé 
D - Comporte une aggravation par l'effort uniquement dans le territoire intéressé 
E - Peut frapper les muscles masticateurs 

17/ Chez un myasthénique une détresse respiratoire peut être entraînée par: 
A - La prise de phénobarbital 
B - La prise d'atropiniques 
C - Une anesthésie avec usage de curarisant 
D - Une surinfection respiratoire 
E - Un excès en anticholinestérasiques 

18/ A propos de la myasthénie : 
A - La diminution de la force à la première contraction est le signe majeur 
B - La diplopie est exceptionnelle 
C - Une dysarthrie, après un certain temps d'élocution, se voit dans les formes hautes 
D - Les anti-cholinestérasiques font régresser la fatigabilité 
E - La mesure des vitesses de conduction motrice est l'examen qui confirme le diagnostic 

19/ On évoque une crise myasthénique aiguë "imposant une réanimation en urgence", devant le(les) signe(s) suivant(s): 
A-Une dyspnée 
B-Un encombrement bronchique 
C-Une fausse route avec une toux inefficace 
D-Un ptosis 
E-Un myosis 

20/ Les médicaments contre-indiqués chez le myasthénique: 
A - Curare 
B - Les benzodiazépines tel que l'Hypnovel 
C - Certains antibiotiques 
D - Les Quinidiniques 
E - Seulement les réponses A, B et D sont correctes 


Réponses : 1/ CDE    2/ AD        3/ ABC        4/ D         5/ C         6/ ACE         7/ CDE         8/ C                      9/ D            10/ ABCDE               11/ BC             12/ ABC           13/ C             14/ D             15/ AC            16/ BCE            17/ ACDE           18/ CD       19/ ABC           20/ ABCD


>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 14 ) 

####SIKI####

=> 15 PolyQCM de Neurologie : Syndrome d’hypertension intracrânienne


1/ Les vomissements de l'hypertension intracrânienne : 

A - Sont matinaux. 
B - Calment la céphalée. 
C - Nécessitent un effort. 
D - C'est des vomissements en jet. 
E - C'est des vomissements bilieux. 

2/ Les signes cliniques de l'HTIC sont les suivants: 
A - Céphalées. 
B - Vomissements. 
C - Troubles visuels. 
D - Troubles de la vigilance. 
E - Baisse de l’acuité visuelle. 

3/ Au cours de l'HTIC, les céphalées sont: 
A - Calmées par les vomissements. 
B - Augmentées par la position allongée. 
C - Atténuées par les antalgiques. 
D - Elles ne sont pas constantes. 
E - Les propositions A, B et D sont correctes. 

4/ le (ou les) processus suivant(s) peut (peuvent) être à l'origine de l'HTIC: 
A - Excès de synthèse du LCR. 
B - Excès de résorption du LCR. 
C - Hématome extradural. 
D - Un processus tumoral: méningiome. 
E - Un œdème. 

5/ Au cours de l'hypertension intracrânienne, il peut y avoir: 
A - Une baisse de l'acuité visuelle. 
B - Une baisse de l'attention. 
C - Une insomnie. 
D - Des vomissements de façon constante. 
E - Un œdème papillaire. 

6/ Dans l'hypertension intracrânienne bénigne : 
A - La baisse de l'acuité visuelle est fréquente 
B - Il existe une bradypsychie 
C - Le scanner objective une dilatation ventriculaire 
D - Le fond d'œil peut être normal 
E - La ponction lombaire montre une pléiocytose du LCR 

7/ L'hypertension intracrânienne dite "bénigne" : 
A - Est en rapport avec une tumeur cérébrale bénigne 
B - Est caractérisée par un scanner toujours normal 
C - S'accompagne d'un œdème au fond d'œil 
D - Peut être d'origine médicamenteuse 
E - Ne contre-indique pas la ponction lombaire 

8/ Quels sont, parmi les suivants, les signes ophtalmologiques relatifs à une hypertension intracrânienne ? 
A - Paralysie du VI 
B - Glaucome 
C - Œdème papillaire 
D - Episodes d'amblyopie 
E - Nystagmus 

9/Parmi les symptômes suivants, lesquels sont liés directement à l'hypertension intracrânienne ? 
A - Obnubilation 
B - Céphalées 
C - Hallucinations visuelles 
D - Paralysie du IIIe nerf crânien 
E - Hémianopsie bitemporale 

10/ L'engagement temporal droit compliquant une hypertension intracrânienne se traduit par: 
A - Des troubles de la conscience 
B - Une mydriase droite 
C - Une décérébration 
D - Des crises comitiales généralisées 
E - Des troubles du rythme respiratoire

11/ Le seul traitement logique d'une hypertension intracrânienne par tumeur frontale droite en cas d'apparition de troubles de la conscience est, en urgence, avant l'abord chirurgical de la lésion : 
A - L'emploi de diurétiques type furosémide (Lasilix ®) 
B - La mise en position tête basse du malade 
C - L'emploi de corticoïdes 
D - L'hypotension artérielle systémique 
E - La ponction-drainage du LCR au niveau d'une corne frontale 

12/ Une hypertension intracrânienne par tumeur volumineuse de la fosse postérieure, survenue chez un enfant de 3 ans, entraîne généralement : 
A - Des céphalées 
B - Une attitude guindée de la tête 
C - Des vomissements quotidiens le matin à jeun 
D - Des crises épileptiques 
E - Un syndrome polyuro-polydipsique 

13/Dans la liste ci-dessous, quels sont les médicaments utiles au traitement de l'hypertension intracrânienne ? 
A - Antalgiques morphiniques 
B - Corticostéroïdes 
C - Solutés hyperosmolaires 
D - Anti-inflammatoires non stéroïdiens 
E - Anticalciques 

14/Les tumeurs de la fosse postérieure peuvent se manifester par un syndrome d'hypertension intracrânienne: 
A - Vrai B - Faux 

15/L'œdème papillaire est un signe constant du syndrome d'hypertension intracrânienne: 
A - Vrai B - Faux 

Corrigés :
 1/ ABD 2/ ABCDE 3/ AB 4/ ACDE 5/ ABE 6/ A 7/ CDE 8/ AC 9/ AB 10/ ABC 11/ C 12/ ABC 13/ BC 14/ A 15/ B



>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 15 ) 

####SIKI####

=> 17 PolyQCM de Neurologie : Traumatisme crânien


1/ Un traumatisé crânien arrive aux urgences ; il ouvre les yeux à l'appel de son nom, répond de manière inappropriée aux questions qu'on lui pose, mais est capable sur ordre de serrer et de lâcher la main. Vous estimez le Score de Glasgow de ce patient à : 
A- 3 
B- 5 
C- 12 
D-8 

2/ Pour faire le diagnostic d'hématome extradural, il est nécessaire que soit présent : 
A - un intervalle libre entre le traumatisme et le coma 
B - une fracture de la voûte homolatérale à l'hématome 
C - l'existence de troubles de conscience 
D - un ensemble de symptômes déficitaires homolatéraux 

3/ Une brèche ostéo-méningée traumatique de la fosse antérieure crânienne peut déterminer: (cochez la fausse réponse) 
A - une anosmie 
B - une hémi-anopsie latérale homonyme 
C - une rhinorrhée transitoire 
D - une pneumocéphalie 

4/ Un traumatisé crânien à impact rétroauriculaire droit présente après un intervalle libre de 3 heures un déficit sensitivo-moteur incomplet de l'hémicorps droit, sans trouble majeur de la conscience. Le diagnostic le plus vraisemblable est : 
A - Hématome extra-dural 
B - Œdème cérébral diffus 
C - Hématome intra-cérébral de contrecoup 
D - Déficit moteur post-critique 

5/ Pour trouver une brèche ostéoméningée post-traumatique, on demande: 
A - Une radiotomographie du crâne 
B - Une encéphalographie gazeuse 
C - Une artériographie cérébrale 
D - Un doppler trans-crânien 

6/ L'apparition progressive d'une confusion 3 mois après un traumatisme crânien avec contusion cérébrale doit faire évoquer le diagnostic suivant : 
A - Un hématome extradural 
B - Une dissection carotidienne 
C - Un hématome sous dural chronique 
D - Aucune de ces réponses n'est juste 

7/ Devant une paralysie faciale périphérique progressive, vous devez évoquer une séquelle de traumatisme crânien: 
A- Vrai B- Faux 


Réponses : 1/ C 2/ B 3/ B 4/ C 5/ A 6/ C 7/ B



1/ 1RJ: L'examen neurologique d'un traumatisme crânien aux admissions au service d'urgences est: 
A - définitif. 
B - répété 24 heures après 
C - répété en moyenne toutes les 2 heures 
D - aucune de ces propositions n'est juste 

2/ 1RF: Au sujet du traumatisme crânien: 
A - L’accident de la voie publique constitue la cause la plus fréquente du traumatisme crânien 
B - Le traumatisme crânien concerne les âges extrêmes 
C - Les séquelles neurologiques suite à un traumatisme crânien peuvent entraîner un retentissement social et familial 
D - Le traumatisme crânien constitue un problème de santé publique 

3/ 1RF: L'hématome extra-dural est une collection hématique qui : 
A - Survient après un intervalle libre de quelques heures 
B - Survient à l'occasion d'un saignement de l'artère méningée 
C - Nécessite une cure chirurgicale 
D - Est résolutive sous traitement médical chez l'enfant 

4/ 1RJ: La plaie crânio-cérébrale est justifiable d'un traitement chirurgical afin d'éviter les complications suivantes : 
A - Hémorragie et épilepsie 
B - Infection et épilepsie 
C - Hydrocéphalie et infection 
D - Ramollissement et hémorragie 

5/ 1RF: La contusion cérébrale due à un coup contre coup : 
A - Est généralement de foyers multiples B - Relève d'un traitement médical C - A l'origine de troubles de la conscience installés secondairement D - A l'origine d'un score de Glasgow généralement inférieur à 10 

6/ 1RF: Au cours de la contusion cérébrale avec œdème cérébral important, le traitement médical fait appel : 
A - Aux corticoïdes 
B - A la ventilation assistée 
C - A la restriction hydrique 
D - Aux vasodilatateurs 

7/ 1RJ: Le traumatisme crânien aiguë de l'étage antérieur de la base du crâne se caractérise sur le plan clinique par : 
A - Une exophtalmie bilatérale aiguë 
B - Une rhinorrhée, une ecchymose en lunette et une exophtalmie 
C - Une ecchymose sous périostée en lunette et des épistaxis 
D - Une ecchymose mastoïdienne et une otorragie 

8/ 1RJ: Devant un malade traumatisé du crâne, comateux d'emblée, sans signe de localisation, aréactif, les premiers gestes à faire sont : 
A - Fond d'œil, radios du crâne, réanimation médicale 
B - F.O, ponction lombaire et réanimation médicale 
C - Radios du rachis cervical, réanimation médicale et scanner 
D - P.L, radios du rachis cervical 

9/ 1RF: L’hématome extradural : 
A - Est une complication précoce d’un traumatisme crânien 
B - Survient habituellement après un intervalle libre 
C - Peut s’accompagner de signes d’engagement temporal 
D - Est la cause la plus fréquente d’engagement central 

10/ 1RF: Les fistules carotido caverneuses secondaires à un traumatisme crânien s'accompagnent habituellement des signes suivants: 
A - Exophtalmie pulsatile 
B - Douleurs dans le territoire du nerf trijumeau 
C - Crises d'épilepsie temporale 
D - Atteinte des nerfs oculomoteurs



Réponses : 1/ C 2/ B 3/ D 4/ B 5/ C 6/ D 7/ C 8/ C 9/ D 10/ C


>>> Pour Continue la lecture & Télécharger ces QCM  passer à la page suivante  ( 16 ) 

####SIKI####


=> Voir Tous Les Cas Cliniques de Neurologie : 


Cas Cliniques de Neurologie


=> Voir Tous Les QROC de Neurologie : 


QROC de Neurologie


=> Télécharger le DIAGEST de Neurologie : 

Télécharger + 13 500 QCM Diagest Internat Test Application PC



Vous Pouvez Téléchrgez tous ces QCM en cliquant sur l'un des deux Lien ci-dessous 

Volume :  1 mb

Format de fichier : PDF
Afficher les Commentaires
73745675015091643

-----------------------------------------
Téléchargement Simple et Rapide