Anatomie de l'Artère Pulmonaire : ‏Rapports · ‏Branches · ‏Exploration · Variétés


Description : Anatomie de l'Artère Pulmonaire, hta pulmonaire, embolie pulmonaire wikipedia, greffe pulmonaire complications, grippe pulmonaire, embolie pulmonaire urgence, virus pulmonaire, Circulation pulmonaire, Anatomie du cœur humain, Angioscanographie des vaisseaux pulmonaires,

Anatomie de l'Artère Pulmonaire



L'artère pulmonaire apporte aux deux poumons le sang du ventricule droit sa disposition varie chez l'embryon, le fœtus et chez l'individu arrivé à l'état de complet développement.
L’artère pulmonaire est un vaisseau majeur qui trouve son origine au niveau du ventricule droit du cœur. Son rôle principal est de transporter vers les poumons, le sang non oxygéné qui a été ramené dans la partie droite du cœur après avoir été « usé » au niveau des muscles et des organes.

 Trajet de l'Artère pulmonaire :
L'AP naît de l'infundibulum du ventricule droit et monte à côté de l'aorte, dont elle contourne le flanc gauche. Arrivée au-dessous de la crosse de l'aorte, elle se divise en deux branches l'une, droite AP droite, l'autre, gauche, AP gauche. Chacune de ces artères se dirige transversalement vers le poumon correspondant; au niveau du hile de ces organes, elles se divisent, la droite en trois branches, la gauche en deux, qui se subdivisent à leur tour en rameaux de plus en plus petits; ceux-ci donnent naissance en dernier lieu aux capillaires du lobule pulmonaire.
Le système de l'artère pulmonaire présente ainsi une portion extra-pulmonaire et une portion intra-pulmonaire.

Les Division et les rapports de l'Artère pulmonaire :


À ce niveau, elle se divise en deux branches : l’artère pulmonaire droite et l’artère pulmonaire gauche. Puis ces deux éléments se subdivisent en un grand nombre de branches secondaires - des artérioles, des capillaires sanguins - qui transporteront le sang jusqu’aux alvéoles pulmonaires. 


C’est là qu’il sera rechargé en oxygène par échanges gazeux, avant de rejoindre le « cœur gauche » d’où il sera expulsé via l’aorte, sous la pression du ventricule gauche.

.

Tronc de l'Artère pulmonaire :

Le tronc de l'AP a une longueur qui varie entre 4,5 cm et 5 cm. Son diamètre est égal à 3,5 cm et son épaisseur est d'environ un millimètre.
Sa direction générale est très oblique en haut, à gauche et en arrière, si oblique, en arrière surtout, qu'une coupe horizontale du thorax intéresse le tronc pulmonaire dans toute sa longueur ; de plus, ce tronc décrit une courbe à concavité dirigée à droite et en arrière, s'appliquant contre la portion ascendante de la crosse aortique, que l'AP semble contourner en pas de vis.
Envisagé au point de vue de ses rapports, le tronc de l'AP présente à étudier une portion intra-péricardique et une portion extra-péricardique. Dans la première, l'AP est entourée par une gaine séreuse qui lui est commune avec l'aorte. Elle répond en avant par l'intermédiaire d'un double feuillet séreux, à la paroi antérieure du sac péricardique; à gauche, à l'auricule gauche, qui s'avance un peu sur sa face antérieure, et à la portion initiale de l'AP gauche ou antérieure qui la contourne .A droite, elle répond à la crosse de l'aorte, située en réalité un peu en arrière d'elle. Enfin, en en arrière, elle est en rapport avec la face antérieure de l'oreillette gauche, dont elle est séparée par le double feuillet séreux du canal de Theile.

####SIKI####
Dans sa portion extra-péricardique, l'AP entre en rapport en avant, avec le tissu cellulo-adipeux, reliquat du thymus, qui la sépare de la plèvre et du poumon gauche; en arrière, elle répond à la bifurcation de la trachée; à droite à la portion ascendante de la crosse aortique; à gauche, à la face Interne du poumon correspondant.

L'Artère pulmonaire droite :

Longue de 5 à 6 cm, l'AP droite se dirige transversalement, et un peu d'avant en arrière, vers le hile du poumon correspondant. Dans ce trajet, elle chemine au-dessus du bord supérieur de l'oreillette droite, au- dessous de la crosse fie l'aorte et de la crosse de la veine azygos, en arrière de la portion ascendante de l'aorte et de la veine cave supérieure, en avant de la bronche droite. Au niveau du hile, elle est située immédiatement en avant de cette bronche.

L'Artère pulmonaire gauche :

Un peu plus courte que la précédente, elle mesure environ 3 cm. Elle n'est pas absolument transversale, mais légèrement ascendante et oblique en arrière. Dans son trajet vers le poumon, elle répond en bas, à l'oreillette gauche; en avant, à la plèvre médiastine gauche; en haut a la crosse aortique; en arrière, à la bronche gauche. Au niveau du bile, elle est située, non pas en avant de la bronche correspondante, comme du coté droit, mais au-dessus de cette bronche. Elle répond au deuxième espace intercostal gauche.

Canal artériel :

Chez le fœtus dont les poumons ne fonctionnent pas, les deux branches de l'AP sont petites, presque inutiles; le sang de l'APest conduit directement dans l'aorte par un canal, le canal artériel, qui dérive du 5ème arc aortique gauche et représente ainsi embryologiquement et physiologiquement le prolongement du tronc pulmonaire.
Situé dans le médiastin postérieur, le canal artériel s'étend du tronc pulmonaire à l'origine de l'aorte thoracique. Il nait parfois au niveau de la bifurcation même de ce tronc, mais le plus souvent de la branche pulmonaire gauche (Gérard); de là il se dirige en arrière et un peu à gauche, horizontalement d'abord, puis au cours du développement un peu obliquement en bas. Il se termine dans l'aorte au niveau du bord supérieur de la bronche gauche, au-dessus des premières intercostales aortiques.
Dans ce trajet, il est immédiatement appliqué sur la face antérieure de la bronche gauche qu'il croise presque perpendiculairement; le nerf récurrent s'enroule sous lui et croise sa face postérieure avant de remonter derrière la portion horizontale de la crosse aortique. Il est ordinairement extra-péricardique dans toute son étendue.
Son diamètre augmente jusqu'à la naissance pour diminuer quelques jours après elle; il est à ce moment toujours supérieur à celui des deux branches pulmonaires.

Ligament artériel :

Après la naissance, le canal artériel, n'ayant plus de rôle ù remplir, s'atrophie, cesse d'être perméable et se transforme en un cordon fibreux, le ligament artériel. Ce cordon, long de 7 à 9 mm (Henle), 17 mm (Lusctika), épais d'environ 3 à 4 mm., naît toujours du bord supérieur de l'AP gauche de 1 à 7 mm de la bifurcation, et s'insère sur la paroi inférieure de la portion horizontale de la crosse aortique
Ce ligament, en apparence fibreux, présente tous les caractères histologiques d'une artère on constate, en effet, qu'il est formé par trois tuniques une tunique externe, qui se continue avec le tissu cellulaire ambiant, une tunique moyenne formée de fibres élastiques et contenant même des fibres musculaires, et une tunique interne présentant la structure habituelle. En dedans de .cette tunique, il existe un véritable bouchon formé par du tissu cellulaire, produit du processus d'oblitération qui commence au moment de la naissance et dont Langer et Walkhof ont donné une minutieuse description.
L'oblitération anatomique est due à. la prolifération de l'endartére et à l'étouffement du vaisseau par la condensation du tissu conjonctif. Elle commence du côté pulmonaire du canal. Elle n'est ordinairement complète que vers la fin de la deuxième année.
Le mécanisme de l'oblitération du canal artériel a été étudié avec soin par Gérard, qui distingue avec raison l'occlusion physiologique et l'oblitération anatomique. L'occlusion physiologique s'effectue très peu de temps après la naissance; le canal est encore pendant longtemps perméable dans toute sa longueur, alors qu'il ne livre déjà plus passage au sang. Cette occlusion résulte de l'établissement de la respiration ; du changement de position des organes thoraciques.

Variétés de l'Artère pulmonaire : 

La persistance complète du canal artériel, sans réduction aucune de celui-ci, à été observée; comme Alvarenga et Walkhoff l'ont montré, elle est le plus souvent associée à la persistance du trou de Botal et de l'orifice inter-ventriculaire.
Les anomalies de l'AP sont rares elles sont, la plupart du temps, associées à des malformations graves du cœur, souvent incompatibles avec la vie. La bifurcation prématurée (Cassan, 1827), la duplicité (Hall et Vrœlike, 1825), l'absence de l'une des deux branches, l'existence d'une branche anormale (artère coronaire) ont été rencontrées. 


Qu'est-ce que tu penses ?

Partagez cet article :

Previous
Next Post »

Dernières Actualités Médicales :

universidad online, university distance study, online phd schools, online undergraduate engineering degree, online civil engineering bachelor degree, home study degree, cours prepa medecine, coursnce complémentaire santé, surcomplémentaire santé, assurance complementaire sante, mutuel sante, devis complem,
-----------------------------
Liens de Téléchargement : 01 ou 02
start download, télécharger pdf
Lien 01 Veuillez Cliquer ici
start download télécharger pdf
Vous aimerez aussi :×+